Afrique

Mali : 20 ans de prison ferme pour les 46 militaires ivoiriens, la peine de mort par contumace pour les 3 femmes déjà libérées

Peine très lourde pour les 46 militaires ivoiriens détenus au Mali et soupçonnés d’être des « mercenaires »

20 ans de réclusion criminelle et une amende de 2 millions chacun pour les 46 militaires ivoiriens détenus au Mali. C’est le verdict final de la Cour d’Assises spéciale de Bamako sur l’épineux dossier militaro-diplomatique des 46 militaires ivoiriens détenus au Mali depuis le 10 juillet dernier.

Peine très lourde pour les 46 militaires ivoiriens soupçonnés d’être des « mercenaires ». Les 46 militaires ivoiriens ont été condamnés à 20 ans de réclusion criminelle et la peine de mort par contumace pour les 3 femmes militaires déjà libérées.

Dans ce procès qui s’est déroulé à huis-clos et qui s’est ouvert le 29 décembre au Mali, le parquet avait requis 20 ans de réclusion criminelle aux 46 militaires. Les juges de la Cour d’Assises spéciale de Bamako ont déclaré que les 46 militaires ivoiriens sont coupables des charges retenues contre eux. Ce qui a conduit à ce verdict final très sévère.

Par ailleurs, le tribunal a infligé une amende de deux (2) millions FCFA à chaque prévenu, nous rapporte l’Agence de Presse Africaine

Les mis en cause ont tous plaidé non coupables pour les charges retenues contre eux, à savoir « association de malfaiteurs, attentat et complot contre le gouvernement, atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat, détention, port et transport d’armes et de munitions de guerre ou de défense intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle et collective ayant pour but de troubler gravement ».

Google 1

Arrêtés depuis le 10 juillet dernier à l’aéroport de Bamako, les militaires ont été inculpés mi-août de « tentative d’atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat » et formellement écroués. Ils étaient qualifiés de « mercenaires » aux intentions menaçantes, faute de papiers en règle justifiant leur présence sur le sol malien.

L’incident a pris une grande ampleur et plusieurs médiations ont eu lieu pour obtenir leur libération. Trois femmes uniquement ont été relâchées par Bamako alors que les 46 autres ont été incarcérés. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest avait donné un ultimatum à Bamako, jusqu’au 31 décembre 2022, pour leur libération.

Une grâce présidentielle devant leur permettre de rentrer à Abidjan ?
Si l’on doit s’en tenir aux dispositions du mémorandum d’accord signé la semaine dernière entre les autorités ivoiriennes et maliennes pour la libération de ces militaires, une grâce présidentielle pourrait être accordée à ces militaires pour leur permettre de regagner leur pays pour les fêtes de fin d’années.

L’arrêt de renvoi de la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Bamako précise que les 49 éléments sont tous des militaires de l’armée ivoirienne, contrairement à une rumeur selon laquelle, il y avait des « étrangers parmi eux qui sont entrés en territoire malien en dissimulant leur vraie identité ».

Bénin Web TV

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

TOGONYIGBA:Société de médias et d'actualités, Lomé-Amadanhomé (Togo) | RCCM:TG-LOM 2018 A 5677 | N° Récépissé:0425/24/03/11/HAAC | Banque:Orabank / Numéro de Compte:06101-65386500501-49 (agence kpalimé) | Courriel:togonyigba@gmail.com | Boîte postale:23BP90053539 Lomé Apédokoè | Tel:(00228) 99460630/93921010 | Directeur Général:José-Éric Kodjo GAGLI (LeDivin)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
wpChatIcon

En savoir plus sur Togonyigba

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité