Pub0
ActualitésLibre opinion

Tribune libre/ Christian Spieker : Mali, Immixtion flagrante de Macron dans la décision de la CEDEAO

À chaque réunion urgente des présidents des États de l´Afrique de l´Ouest, le président français Emmanuel Macron cherche toujours à interférer dans leurs décisions en prenant soin de téléphoner à certains d´entre eux avant leur rencontre pour influencer leurs décisions comme il en est le cas pour le Mali à Accra. C´est une immixtion inacceptable. En même temps durant tout son mandat en cours il ne fait que prôner la souveraineté de l´Union européenne vis-à-vis des Etats-Unis, de la Russie et de la Chine. Pour qui se prend-il vis-à-vis de l´Afrique et des présidents africains? C´est humiliant pour le continent. Tant que les présidents africains n´affirment pas réellement leur indépendance et souveraineté vis-à-vis de la France, chaque président français qui vient au pouvoir, va les prendre pour les exécutants de ses ordres. Je le dis et je le répète. Il faut des présidents courageux et fermes face à la France pour défendre les intérêts de l´Afrique sinon la CEDEAO et l´UA seront affaiblies par la France. Comportez-vous comme présidents des États souverains et non comme des exécutants des ordres de la France. Les présidents des États membres de la CEDEAO ont fait fi aux souhaits d´Emmanuel Macron de sanctionner le Colonel président Assimi Goïta, le nouvel homme fort, le patriote malien. C´est déjà une victoire pour le patriotisme malien. C´est un grand pas vers leur libération face à l´influence grandissante de la France dans la prise des décisions au sein de la CEDEAO contre le Mali. Cette CEDEAO doit désormais s´habituer à ne pas ou ne plus s´aligner sur la position de la France quand ils ont des réunions urgentes à faire au sujet d´un État membre. C´est inconcevable, inadmissible, insultante et même humiliante que les ordres viennent de la France quand ils ont leur réunion et des décisions à prendre concernant un État membre. Ils doivent savoir que si Emmanuel Macron s´immisce dans la prise des décisions au sein de la CDEEAO, c´est dans l´intérêt inavoué de la France pour garder son influence en Afrique. Ce n´est pas dans l´intérêt de l´Afrique. C´est aussi simple que ça. Il faut de la vigilance de leur part. Cette fois-ci il faut quand même apprécier leur courage de n´avoir pas infligé les sanctions économiques au Mali et se sont contentés seulement des sanctions diplomatiques minimales, et n´ont pas non plus exigé que ce colonel patriote, remette le pouvoir aux civils comme la France l´attendait avec des pressions inadmissibles sur les présidents qui devraient se rendre à cette réunion urgente à Accra. Macron a téléphoné à la plupart d´entre eux avant cette réunion pour faire pression sur eux. Il a cherché à peser de tout son poids sur leurs décisions comme il a l´habitude de le faire dans l´ombre quand ces présidents ont une réunion urgente à faire, juste dans l´unique intérêt inavoué de la France. Il a pris le soin de téléphoner à ces pions francophones avant qu´ils ne se rendent à Accra et leur a donné des consignes. Heureusement que parmi ces présidents, il y en a aussi ceux qui ne sont pas des présidents exécutants et qui voudraient réaffirmer leur indépendance et souveraineté. La voix de ceux-ci a pesé dans la balance. Actuellement les bénis oui, oui ne sont plus nombreux à leur sein. Il ne reste que trois ou quatre présidents qui sont encore soumis à la France au sein de la CEDEAO comme le nouveau président nigérien, l´ivoirien Alassane Ouattrra et le président togolais Faure Gnassingbé. Macron ne s´entend plus très bien avec Alpha Condé. Il n´est pas bien non plus avec Patrice Talon. Voilà ceux d´entre eux avec les présidents anglophones qui pourraient faire pencher la balance, sans aucun doute, en faveur du nouvel homme fort, le chouchou des Maliens. On doit féliciter surtout le président ghanéen qui est actuellement le président en exercice. Si c´était par exemple un président d´un pays francophone qui est président en exercice de la CEDEAO, le Mali serait foutu. Eux, ils n´ont aucun courage pour dire non à leur maître. Ils font seulement ce que la France leur dit. Tout ce qu´ils savent faire de plus dans leur pays respectif, c´est d´envoyer les forces de l´ordre mater leurs populations, frauder les élections et tripatouiller leur Constitution. C´est lamentable. Ils font honte à l´Afrique. Ils sont seulement des exécutants des ordres de coups de fil venus de l´Élysée. C´est déjà une victoire pour le colonel Assimi Goïta. Peut-être c´est un nouveau Sankara en herbe. C´est un vrai patriote du Mali. Que les Maliens le plébiscitent même pour qu´il aille aussi aux élections à la fin de la transition afin qu´il ait le temps nécessaire de mettre définitivement la France dehors. Par principe, un coup d´État militaire n´est pas bon en soi car il est anti-démocratique et anti- constitutionnel. Un démocrate ne doit pas soutenir un coup d´État. C´est un principe à condamner. Toutefois, il y a des exceptions aux règles et le cas du Mali doit en bénéficier. Pour condamner un coup d´État militaire ou institutionnel il faut voir d´abord les raisons qui ont poussé les militaires à faire ce coup d´État dans un pays. Si c´est pour introniser un fils du président décédé comme par exemple chez nous au Togo en 2005, au Gabon et tout récemment au Tchad ou encore pour des ambitions personnelles des militaires, un coup d´Etat est condamnable et sera condamné avec rigueur et fermeté mais si un coup d´État est fait parce que c´est le peuple qui l´a réclamé pour sortir la population de la souffrance et rompre avec la dictature, dans ce cas de figure, il faut le souhaiter et même apprécier les militaires courageux et initiateurs de ce coup. Si un coup d´État aussi est fait pour permettre de rompre avec l´accord militaire avec la France ou sortir de la domination française, alors dans ce cas aussi un coup d´État doit être apprécié positivement par le peuple. Voilà les seules exceptions au principe de non-intervention des militaires sur la scène politique par la force. Les États africains doivent faire preuve de discernement et savoir apprécier cas par cas les coups d´État militaire avec lucidité et intelligence. Il y a des coups d´État qui sont bons et même souhaitables. Certains sont mauvais. La sanction ne doit pas être automatique. C´est le but recherché par les militaires en faisant un coup d´État qui doit être analysé pour savoir s´il faut une sanction ou pas par la CEDEAO. L´élément déterminant c´est -à -dire le vrai mobile est à prendre en compte pour juger un coup d´État. Si c´est réclamé par le peuple parce qu´il souffre à cause de l´injustice d´une minorité qui pille ou pour des raisons patriotiques face à une puissance étrangère, il doit être accepté et même souhaité car le peuple souverain qui est le vrai détenteur du pouvoir, peut décider du sort de ceux qu´il place à la tête de l´État pour le gouverner. Pour le cas du Mali, personnellement j´approuve ce 2è putsch car le but recherché par le colonel Assimi Goïta est légitime et d´ordre patriotique. La France cherche à réduire les présidents de la CEDEAO à des simples exécutants de ses ordres. Il faut qu´ils affirment leur souveraineté, leur indépendance et leur liberté face à elle. Quel président africain s´immisce dans les affaires de l´UE quand les dirigeants européens ont des rencontres à Bruxelles ? Et pourquoi la France, elle, va toujours chercher à dicter ce que les présidents des Etats de la CEDEAO doivent faire ? La France est-elle un pays de la CEDEAO ? Où est notre indépendance ? D´ailleurs il faut la politique de réciprocité entre Etats souverains. C´est ça qui marche pour se faire respecter. C´est une règle que Paul Kagamé sait très bien appliquer. Quand Paul Kagamé a été en France pour participer au sommet convoqué par Emmanuel Macron, il a été accueilli par un ministre français au pied de son avion présidentiel. Emmanuel Macron lui-même n´a pas fait le déplacement à l´aéroport comme le protocole entre chefs d´Etat l´exige. Pour lui, c´est un chef d´État africain. Cela n´a pas d´importance. Un ministre suffit pour aller accueillir un président africain en France. Quand Emmanuel Macon aussi s´est rendu au Rwanda, Paul Kagamé ne s´est pas rendu à l´aéroport. Il lui a rendu le coup. Il a envoyé son ministre l´accueillir à l´aéroport. C´est ça la politique de la réciprocité. Les États africains doivent se faire respecter par la France et Paul Kagamé l´a bien fait. C´est ça, être président d´un pays souverain. Il faut du caractère, du courage pour affronter les puissances de ce monde qui cherchent à ridiculiser les présidents africains et les réduire au rang des exécutants. À part Paul Kagamé, quel président africain de pays francophone peut oser envoyer un ministre pour accueillir Emmanuel Macron à l´aéroport lors de sa visite en Afrique? D´ailleurs ils seront très heureux même de le recevoir et faire des photos officielles avec lui à l´aéroport. Ma pauvre Afrique ! Même pour accentuer sa pression et peser sur leurs décisions à Accra, Macron a écrit dans le journal français du dimanche, JDD le 30 mai 2021 avant même cette réunion, pour menacer qu´il retirera les soldats français au Mali si ce colonel se maintenait comme président au Mali. C´est juste du « bluff » pour impressionner ou intimider les pays du Sahel. Il ne peut jamais le faire car les intérêts de la France en Afrique sont trop grands pour pouvoir oser un tel retrait de ses troupes en Afrique. La France ne retirera jamais les militaires français en Afrique et ne pourra pas le faire de son propre gré. Le faire, c´est céder la place à la Russie. Elle ne va jamais accepter que la Russie monte en puissance dans ses anciennes colonies. D´ailleurs elle n´a qu´à le faire C´est ce que souhaitent les Africains que nous sommes. Je connais trop la France pour croire à ce que dit Emmanuel Macron. Même en allant en Afrique du Sud la semaine passée pour plaider l´accès aux africains du vaccin contre la Covid-19 jusqu´à soutenir au côté du président sud-africain, la levée des brevets sur les vaccins afin de permettre à l´Afrique du Sud la fabrication de ces vaccins, il le dit avec les vraies raisons cachées. En réalité il ne soutient pas cette idée pour aider les Africains mais pour aider les industries pharmaceutiques françaises qui n´ont rien sorti comme vaccin contre la Covid-19. Actuellement les vaccins Biontech-Pfizer fabriqués par le duo germano-américain sont mis en bouteille aussi en France pour permettre la production en grande quantité et faciliter une vaccination rapide dans toute l´Europe. Il sait que si les brevets sont levés, les industries pharmaceutiques françaises aussi pourront en profiter en les fabriquant pour leur compte. D´ailleurs la Chancelière allemande est contre l´idée de la levée des brevets pour l´accès libre à la fabrication. Même le fabricant allemand du vaccin Biontech rejette aussi l´idée de l´accès libre à la fabrication car selon lui, c´est un travail de recherche dans le laboratoire de longues années. Il a raison. La France n´est que la cigale qui chante tout l´été sans penser que l´hiver viendra et qu´il faut y penser. La fourmi laborieuse n´est pas prêteuse. Le droit intellectuel de l´auteur doit être protégé, que ce soit dans le domaine artistique, scientifique, littéraire, et pourquoi pas médical ou dans la fabrication de vaccins ? Les fabricants des vaccins ont passé des années dans leur laboratoire avant de sortir ces vaccins, quand la France, elle, passe tout son temps dans la parole et la diplomatie en Afrique pour maintenir son influence. Comme Macron ne pourra pas bien soutenir l´idée de la levée des brevets en France puisqu´en Europe certains pays s´y opposent dont l´Allemagne, pays fabricant, il court en Afrique du Sud pour faire croire qu´il défend la cause des Africains en prônant la levée des brevets sur les vaccins. Quel est réellement son objectif ? C´est pour permettre aux industries pharmaceutiques françaises aussi d´en profiter si les brevets sont levés. Il est en quelque sorte en campagne présidentielle. Il utilise l´Afrique pour parvenir à ses fins. Si un institut de recherche médicale comme par exemple, Institut Pasteur qui a jeté l´éponge pour essai non concluant, avait réussi aussi à fabriquer un vaccin contre la Covid-19, Emmanuel Macron ne plaiderait jamais pour la levée des brevets sur ce vaccin fabriqué en France pour être reproduit aussi en Afrique. Les hommes politiques français non plus ne l´accepteraient pas, surtout Marine Le Pen. Les Français sont des grands profiteurs des efforts des autres. La France c´est comme la cigale qui aime profiter de la fourmi laborieuse. Quand on fait la politique il faut être lucide et faire de bonnes analyses. Je connais trop la France et sa politique pour croire ce que dit un président français. La France se croit toujours, pays le plus intelligent alors que c´est faux sinon pourquoi aucun vaccin n´est sorti en un temps record pour lutter contre Covid-19 en France alors qu´un vaccin est sorti en Allemagne, aux Etats Unis, en Angleterre, en Russie et en Chine ? C´est une honte pour la France. Ils n´ont que la bouche. Les présidents des États membres de la CEDEAO auraient dû humilier davantage Emmanuel Macron en s´abstenant carrément d´imposer la sanction diplomatique à la junte militaire malienne. Mais ce qui compte pour le Mali c´est que, ce colonel reste président et c´est déjà bon. La chaîne France 24 de propagande reprend en boucle dans les infos que le Mali est suspendu dans les instances de la CEDEAO. Peu importe. Ce qui compte est que ce colonel dirige la transition et fasse venir les militaires russes au Mali. Avec un peu de courage des États africains, la France sera mise dehors du continent.

Publicité page 2

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité page 3
Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez