AfriqueFait Divers

Au Togo à Agou-Klonou, le corps d’un homme décédé est introuvable au moment de sa mise à terre !

Un enterrement sans corps

Le samedi le 14 janvier 2023 devrait avoir lieu à Agou-Klonou, un village situé dans la préfecture d’Agou (environs 120km au nord-ouest de Lomé), l’enterrement de ALAGA Afolabi, décédé depuis janvier 2021, précédé de la veillée le vendredi, en présence du corps. Mais la grande surprise, les parents du défunt partis à la morgue pour le retrait du corps sont revenus bredouilles.

Pourquoi ? le non acquittement des frais de la morgue qui s’élèvent à plus d’un million de CFA. La conséquence directe de ce fait est l’annulation de la cérémonie de l’enterrement sous l’appatam dressé pour la circonstance alors que des proches, amis, parents proches et invités étaient présents pour conduire le défunt dans sa dernière demeure, son tombeau déjà prêt à l’accueillir

Que s’est –il exactement passer ? Le décès de ALAGA Afolabi est survenu en janvier 2021, un de ses gendres vivant au Europe a instruit la famille de déposer le corps à la morgue de kpalimé pour qu’il revienne organiser les funérailles.

« Un vieux même assis voit plus loin que ce que le jeune voit s’il est monté dans un arbre » dit un adage.

Après 6 mois, et inquiet de la situation un vieux, notable du village et proche de la famille a convoqué une réunion avec les fils et filles du défunt pour savoir ce qui est à la base du retard de l’enterrement. Cette réunion loin d’arranger les choses s’est terminée en queue de poisson compte tenu de l’arrogance et de l’orgueil des enfants.

L’apatam sous lequel la veillée allait se faire le vendredi 13 janvier 2023 a été érigé, les groupes organisés et les chorales du village du défunt et des villages voisins étaient prêts pour animer la veillée. Un bœuf a été tué, de même que les moutons et les poulets qui devraient servir à la réception après l’enterrement. Bref tout était prêt pour un bon enterrement mais au dernier moment l’on constate avec regret l’absence du corps.

Ces funérailles reposent un véritable problème sur l’enterrement dans le grand KLOTO. Aujourd’hui c’est le cas d’Agou klonou ; mais c’est un phénomène sociétal auquel nous devrions tous faire face afin de l’éradiquer.

Comment se fait-il qu’une personne qui ne trouve pas à manger sur son lit d’hôpital, dépourvu d’argent pour acheter les produits et à sa mort on peut prétendre lui rendre un hommage digne de celui d’un sultan ? C’est vraiment regrettable.

Chez les musulmans, un être humain sans esprit c’est à dire qui ne respire pas n’a plus sa place sur la terre mais au cimetière, cela évite des dépenses inutiles. Ailleurs, c’est le moment de démonstration de richesse alors que le défunt, au cours de son agonie, ne trouvait personne à son chevet.

Il est vrai qu’on doit rendre un dernier hommage à nos disparus, mais ce n’est pas une obligation quand on n’a pas les moyens. En attendant une nouvelle date pour l‘enterrement de feu ALAGA Afolabi, cet évènement doit servir de leçon à toute la population.

Quelle est alors la meilleure manière de d’enterrer nos défunts afin d’éviter ces genres de situations désagréables ? Est-ce nécessaire de faire des funérailles gigantesques pour démontrer notre appartenance à un certain rang social ? Que chacun puisse méditer dans le silence et trouver la bonne formule pour l’enterrement de nos proches partis plus tôt

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

Groupe de presse Togonyigba (support papier et en ligne) Lomé-Amadanhomé Togo / Contact Rédaction : (00228) 99460630/93921010 / N° Récépissé : 0425/24/03/11/HAAC / Courriel : togonyigba@gmail.com / Directeur Général : José-Éric Kodjo GAGLI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
1
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité