Afrique

Affaire des 49 soldats arrêtés au Mali/Statut NSE ? l’ONU dément Ouattara et le CNE ivoirien

L’affaire des 49 soldats arrêtés lundi à l’Aéroport international de Bamako n’est pas encore prête de connaître son épilogue, malgré l’injonction servie hier mardi aux autorités maliennes, via un communiqué, par le gouvernement ivoirien de les libérer sans délais.

Les 49 soldats ivoiriens arrêtés dimanche au Mali ne sont pas des éléments nationaux de soutien aux contingents de la Minusma a affirmé l’ONU ce mercredi.

Alors que le Conseil national de sécurité, réuni sous la présidence du Président Alassane Ouattara, a écrit noir sur blanc que « ces militaires sont régulièrement inscrits dans l’effectif de l’Armée ivoirienne et se trouvaient au Mali dans le cadre des opérations des Eléments Nationaux de Soutien (NSE) », l’Organisation des Nations Unies (Onu) qui a dépêché des enquêteurs sur place affirme ce mercredi être sûre que ces hommes n’ont pas le statut de NSE.

Selon RFI, il est impossible pour l’ONU de déterminer dans quel cadre ces soldats ont été dépêchés à Bamako ni leurs liens contractuels avec la société Sahel Aviation Services (SAS) qui est censée les embaucher. Ce qui voudrait donc dire que les armes du contingent transportées dans un second avion n’auraient jamais été autorisées par les Nations Unies.

Le Président de la Transition, le Colonel Assimi Goita s’est entretenu au téléphone mardi avec le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Il lui a demandé de veiller à ce que les pays partenaire de l’organisation internationale respecte la souveraineté du Mali.

Google 1

Lundi, au lendemain de l’arrestation de ces présumés mercenaires, un communiqué du porte-parole du gouvernement malien annonçait qu’après une enquête aboutie, les soldats arrêtés vont être livrés à la justice malienne.

Notons que, hier mardi, les autorités ivoiriennes ont demandé au gouvernement malien la libération immédiate de ses 49 soldats arrêtés à l’aéroport de Bamako. « Le Conseil national de sécurité demande aux autorités maliennes de libérer, sans délai, les militaires ivoiriens injustement arrêtés » et « tient à rappeler que la Côte d’Ivoire, qui a toujours œuvré au sein des instances sous-régionales, régionales et internationales, pour la paix, la stabilité et le respect de l’État de droit, ne peut s’inscrire dans une logique de déstabilisation d’un pays tiers. »,martèle le communiqué du Conseil national de sécurité de Côte d’Ivoire.

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

TOGONYIGBA:Société de médias et d'actualités, Lomé-Amadanhomé (Togo) | RCCM:TG-LOM 2018 A 5677 | N° Récépissé:0425/24/03/11/HAAC | Banque:Orabank / Numéro de Compte:06101-65386500501-49 (agence kpalimé) | Courriel:togonyigba@gmail.com | Boîte postale:23BP90053539 Lomé Apédokoè | Tel:(00228) 99460630/93921010 | Directeur Général:José-Éric Kodjo GAGLI (LeDivin)

Articles similaires

30 commentaires

Bouton retour en haut de la page
wpChatIcon

En savoir plus sur Togonyigba

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité