Site icon Togonyigba

Burkina Faso | Assises nationales : prolongation de la transition dirigée par Ibrahim Traoré

Ouagadougou, le 25 mai 2024 – Sous un soleil ardent et un climat chargé d’attente, les Assises nationales tant attendues se sont ouvertes dans la capitale burkinabè. Cet événement crucial marque une étape décisive pour la transition politique du pays, transition qui, selon la charte, devait s’achever le 1er juillet 2024. En dépit de l’absence notable de certains partis politiques, notamment ceux proches de l’ancien président Roch Marc Christian Kaboré, les débats ont réuni une mosaïque des forces vives de la nation, venues des treize régions du Burkina Faso.

Le capitaine-président Ibrahim Traoré

Arrivé au pouvoir en septembre 2022 par un coup d’État, le capitaine-président Ibrahim Traoré, va prolonger sa transition à la tête du pays pour encore cinq années supplémentaires, selon une charte adoptée samedi 25 mai 2024 par les participants à des assises nationales à Ouagadougou.

« La durée de la transition est fixée à 60 mois à compter du 2 juillet 2024 », a indiqué le colonel Moussa Diallo, président du comité d’organisation de ces assises, à l’issue des travaux.

Le président Traoré pourra par ailleurs se présenter aux « élections présidentielles, législatives et municipales qui seront organisées pour mettre fin à la transition », a poursuivi le colonel Diallo.

Les assises nationales, initialement prévues pour s’achever dimanche, ont rassemblé samedi des représentants de la société civiles, des forces de défense et de sécurité ou encore des députés de l’assemblée de transition. La plupart des partis politiques traditionnels ont boycotté l’évènement.

« Patriotisme »

Dans la nouvelle charte signée samedi par le capitaine Traoré, les « quotas » alloués aux partis politiques pour les postes de députés de l’assemblée législative de transition ont été supprimés.

Le « patriotisme » est érigé comme critère pour siéger à cette assemblée ou au gouvernement.

Le Burkina Faso, en proie à des violences jihadistes récurrentes qui ont fait des milliers de morts depuis près de dix ans, a connu deux coups d’État militaires en 2022.

Le premier, en janvier, avait porté le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba au pouvoir, avant d’être lui-même renversé en septembre de la même année, par le capitaine Traoré.

Dans la foulée, une charte avait été adoptée lors de premières assises nationales, mettant en place un président, un gouvernement, une assemblée législative de transition (ALT) et fixant la durée de transition à 21 mois.

Cette transition devait donc s’achever le 1er juillet 2024, mais à plusieurs reprises le capitaine Traoré a évoqué la difficulté de tenir des élections au vu du contexte sécuritaire dans le pays.

Avec AFP/Radio Tankonnon

This website uses cookies.

This website uses cookies.

Quitter la version mobile