Site icon Togonyigba

[L’édito] Togo : Une opposition inépuisablement décevante et désespérante

De Cyr Adomayakpor

Ce pays, comme tout autre pays d’inspiration démocratique a besoin d’une opposition.


Une opposition républicaine, organisée, intelligente, qui, d’abord, saura déterminer ses priorités, lesquelles priorités seront le seul moyen de déterminer sa stratégie et les ordres d’urgence de cette stratégie dans des conditions déterminées, ensuite qui saura ouvrir des espaces de formation des militants et cadres du parti sur des thématiques essentielles et sur l’outil verbal dont ils se serviront pour convaincre, des espaces d’échanges et de rencontres avec d’autres partis et la société civile, élargir le champ des espérances en alimentant le débat politique avec des idées novatrices et un comportement rénové, – à l’exemple de certains partis modernes tels que le NET de Gerry Taama, la NOUVELLE VISION du Dr Kodjovi Thon, les RASSEMBLEURS de Soter Caïus Dovi- et qu’elle s’en fut respectée dans ses pleins droits constitutionnels à la lumière d’une maturité politique exigeante, parce que non seulement cela est bon pour la vitalité démocratique, mais cela suscitera, stimulera des vocations.


Ainsi le peuple saisira-t-il d’un œil infaillible le détail infini et l’ensemble des formes d’une force de propositions capable des possibles dans une posture crédible. Faute de quoi, il [le peuple ] soupçonnera toujours des jeux d’ombre, et son oreille percevra les bruits sourds de petits arrangements et de petites compromissions du genre les 30 millions qui ont laissé de grandes imprégnations noires dans les esprits, et des rumeurs confuses quant à la netteté des intentions.

Car, dans le fond, – pardon de le dire !- ce qui inspire de la répugnance aux électeurs qui se sont par pans entiers détournés d’eux, c’est à la fois le lyrisme persistant du mensonge, les coups bas, les trahisons assassines, les jeux de rôle et autres doubles jeux dans lesquels les gestes des uns épient systématiquement les faits des autres et inversement, et cette surprenante inqualité des hommes, cette répulsive médiocrité des idées, et dans la parole, bref, cette étroitesse intellectuelle décidément chronique chez un certain nombre de visages usés aux réputations brisées, de sacripants (dans le sens de faux braves ), de gourous factieux en cavale, dont on se demande à quelle échelle encore plus élevée de lâcheté, de discrédit dans l’opinion situeront-ils le moment de se retirer de la scène et laisser la place à une génération plus jeune, moins sectaire et potentiellement plus douée ?


Dans le fond, personne n’interdit à l’opposition canal historique d’aller aux élections ! Mais encore faut-il qu’elle eût pris les amonts pour rejoindre les avals dans une chronologie des évènements préalables à cet objectif.

Hélas ! Trois fois Hélas !!!
Voilà comment après tant de désillusions, après tant d’accumulation incessamment grandissante des incohérences, l’appétit de la défaite et la soif du ridicule, choses les mieux partagées d’eux-mêmes, et de plus en plus étendue en leur sein, ne s’éteignent jamais ! L’opposition, cette opposition-là avec ses pélerins de l’échec, renaîtra éternellement sous d’autres formes pour échouer éternellement de la même manière, parce que la division et la défaite lui sont consubstantielles, et en définitive, il se trouvera que la totalité de ses échecs vaudra une victoire; celle de la consécration de la défaite. Ainsi est-elle ! Inépuisablement décevante et désespérante.

Le GCE Cyr Adomayakpor

This website uses cookies.

This website uses cookies.

Quitter la version mobile