Culture et traditionReligion

Ghana / Un pasteur condamné sévèrement pour ses propos « outrageux et insolents » à l’encontre des divinités d’une localité

Vendredi 14 Mai 2021, il s’est passé un évènement extrêmement houleux et inhabituel dans l’une des villes du Ghana. Un pasteur chrétien qui a proféré des propos 《outrageux et insolents》 à l’encontre des divinités d’un village, s’est fait arrêter et sévèrement amendé par les notables dudit village.

Ce fut un incident sidérant et spectaculaire. L’arrestation d’un homme de Dieu chrétien a absolument estomaqué plusieurs individus au Ghana.

Les autorités traditionnelles qui avaient accepté de tolérer les injures qui étaient faites aux divinités traditionnelles lors de la période coloniale et post coloniale, semblent maintenant avoir changé de tactique. 《Apparemment convaincues de l’importance de la loyauté envers les valeurs culturelles, les autorités semblent être décidées à les défendre contre toute forme d’attaque. 》, rapporte actualiteivoire.info

En effet, cette folle et mélodramatique histoire s’est passée vendredi au Ghana, plus précisément dans la localité de Nungua.

Le nommé Prince Adu, est un évangéliste d’une église méthodiste à Kumasi.

Lors d’une campagne d’évangélisation qu’il a menée dans la localité de Nungua, celui-ci aurait tenu des propos injurieux qui lui ont coûtés très chers par la suite. En effet prenant la parole au cours d’une section d’évangélisation qui s’est tenue en plein milieu de la localité, il s’est directement attaqué aux autorités de Teshie et de Nungua, les accusant ainsi d’être des adeptes du charlatanisme et de la sorcellerie. Comme si cela n’était pas suffisant, il a aussi affirmé que les dieux de ces localités sont inutiles et impuissants. En clair, cet homme avait pour intention de démoniser et de condamner les croyances traditionnelles au profit des lois chrétiennes.

De telles spéculations n’ont pas du tout réjoui les autorités de la localité qui ont tout de suite convoqué leur détracteur au palais royal. Ainsi, après une réunion tenue par les notables, le conseil traditionnel a amendé l’homme de Dieu à une somme de 100.000 cédis (monnaie ghanéenne). Considérant les propos diffamatoires de l’homme de Dieu comme étant une profanation, les autorités ont exigé en plus de la redevance, 7 vaches blanches, 7 moutons, 7 cabris, 25 poulets, 7 couteux, 7 calicots noirs, 7 calicots blancs, 7 calicots rouges, 7 bouteilles de liqueur, 7 morceaux de pagnes hollandais, et 7 oeufs.

L’objectif étant de se faire pardonner non seulement par les autorités mais aussi par les dieux de la localité, dit-on.

À titre informatif, depuis la naissance d’un mouvement anti religieux connu sous le nom de Common Sense Family (CSF), qui est un mouvement qui prétend défendre les valeurs traditionnelles au détriment des religions étrangères, la plupart des autorités traditionnelles ghanéennes disent vouloir redonner de la valeur et de la priorité aux pratiques culturelles et se disent prêtes à défendre leurs divinités contre toute forme d’attaque

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez