Diplomatie

Un sommet États-Unis-Afrique prévu par Biden en décembre : Le Mali et d’autres pays ont été exclus

Quarante-cinq chefs d’État et de gouvernement africains ont confirmé leur participation au Sommet américain des dirigeants africains, qui se tiendra à Washington D.C. du 13 au 15 décembre prochain. Les dirigeants du Burkina Faso, de la Guinée, du Soudan et du Mali ne sont pas invités.

Après les sommets «Afrique-France», les «sommets Russie-Afrique», les «sommets du partenariat Turquie-Afrique» et «sommet Chine-Afrique», c’est au tour de Washington de concrétiser l’idée lancée à Abuja par le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Un sommet auquel quarante-cinq chefs d’État et de gouvernement africains ont confirmé leur participation, selon Dana Banks, assistante spéciale du président et directrice principale pour l’Afrique au Conseil de sécurité nationale pour le sommet des dirigeants États-Unis-Afrique.

Les quatre dirigeants exclus du sommet : le colonel Mamady Doumbouya, le capitaine Ibrahim Traoré, le colonel Assimi Goïta et le soudanais Omar el-Béchir

Quatre pays actuellement suspendus par l’Union africaine (UA) ne sont pas invités par l’administration Biden. Les quatre pays sont actuellement dirigés par des hommes forts qui ont pris le pouvoir avec des armes à feu

Dana Banks l’a confirmé hier lors d’une téléconférence sur l’ordre du jour de ce rendez-vous qui sera présidé par Joe Biden. Un rendez vous qui vise à renforcer les relations américano-africaines et l’engagement des États-Unis envers le continent africain.

En effet, dans une déclaration publiée mercredi 20 juillet par le département d’Etat américain, Joe Biden affirme que ces assises démontreront « l’engagement durable des États-Unis envers l’Afrique et soulignera l’importance des relations entre les États-Unis et l’Afrique, ainsi qu’une coopération plus étroite sur les priorités mondiales communes. »

« Le sommet des dirigeants États-Unis–Afrique s’appuiera sur nos valeurs communes pour promouvoir davantage un nouvel engagement économique, pour renforcer l’engagement des États-Unis et de l’Afrique en faveur de la démocratie et des droits humains, pour atténuer l’impact de la COVID-19 et des futures pandémies, pour travailler en collaboration afin d’améliorer la santé régionale et mondiale, pour promouvoir la sécurité alimentaire, pour faire progresser la paix et la sécurité, pour répondre à la crise climatique et pour accroitre les liens avec la diaspora », a affirmé Joe Biden.

Il dit se réjouir de travailler avec les gouvernements africains, la société civile, les communautés de la diaspora aux États-Unis et le secteur privé pour continuer à renforcer notre vision commune de l’avenir des relations entre les États-Unis et l’Afrique.

L’administration Biden a déclaré que le sommet «démontrera l’engagement durable des États-Unis envers l’Afrique» et soulignera «l’importance des relations américano-africaines et d’une coopération accrue sur les priorités mondiales partagées».

Céline N.

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

Groupe de presse Togonyigba (support papier et en ligne) Lomé-Amadanhomé Togo / Contact Rédaction : (00228) 99460630/93921010 / N° Récépissé : 0425/24/03/11/HAAC / Courriel : togonyigba@gmail.com / Directeur Général : José-Éric Kodjo GAGLI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
1
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité