Site icon Togonyigba

Togo/Le nord du pays en ébullition : Des enseignants exclus par ministre Bawara. Les élèves victimes collatérales ?

Les premières victimes des sanctions infligées aux enseignants grévistes sont les apprenants. Ce vendredi 01 avril 2022 dans le nord du Togo, les élèves se sont déplacés en masse de leur établissements pour aller dans d’autres écoles pour essayer de déloger leurs camarades, perturber la composition en cours avant de prendre le chemin pour réclamer certains de leur professeurs touchés par les « missiles » du ministre Kokoroko et les sanctions du ministre Gilbert Bawara. Les élèves du nord ou du moins du Togo sont-ils devenus des victimes collatéraux ?

La guéguerre déjà déclenchée entre le corps enseignant et le ministre en charge de la fonction publique, Gilbert Bawara commence par avoir des répercussions négatives sur les élèves en général et ceux du nord en particulier.

Selon nos informations, les élèves du lycée de Nagbéni ont chassé les professeurs pour se rassurer de la non poursuite de la composition avant de prendre le chemin pour aller déloger ceux du primaire.

https://togonyigba.tg/wp-content/uploads/2022/04/VID-20220401-WA0237.mp4

Les élèves de Cinkassé sont descendus dans les rues dans la journée d’aujourd’hui. À en croire un professeur du milieu qui a requis l’anonymat, « ces élèves réclament leur professeurs d’anglais Mr Kombaté D. Serges et Tchinliègue, professeur d’Allemand ». Quant aux élèves du CEG Nanergou, ils se sont dirigés vers le lycée Naki pour réclamer le professeur Gnonkpa. Même cloche de son au lycée Mandouri. Eux ils veulent revoir le professeur de SVT, Kamassa à l’école.

https://togonyigba.tg/wp-content/uploads/2022/04/VID-20220401-WA0110.mp4

Cette information qui a fait le tour des réseaux sociaux ce matin, s’avérait après nos recoupements, être une réalité.

Des échauffourées au lycée Nano ce matin, « les élèves ont pris la direction de la mairie réclamant leur prof de PC, le camarade POUWELI » a informé un professeur qui a requis l’anonymat avant d’ajouter « au cours primaire de Nagbéni n’en parlons même pas. Les élèves ont vraiment bougé. Ils se sont parti à pied sur 8 km pour déloger les élèves du CEG TAMONGA »

Pour un analyste, seuls les élèves payeront les pots cassés de ce bras de fer entre les deux ministres et les enseignants grévistes. « Vous savez, dans cette histoire, ce qui m’écœure est que, c’est nos enfants qui seront les victimes collatéraux. Je me demande pourquoi le ministre ne peut pas appeler les enseignants grévistes et les écouter ? Pourquoi les deux partis sont égoïstes comme ça ? Ils veulent sacrifier nos élèves pour rien » déplore l’analyste

Notons que le ministre en charge des enseignements primaires et secondaire, Dodji Komlan Kokoroko a convié tous les syndicats pour une rencontre le 05 avril 2022 sans le Syndicat des Enseignants du Togo (SET), le principal initiateur des mouvements de débrayage que l’on observe depuis quelque semaines. Dans la foulée, nous apprenons que ces derniers ont reconduit de nouveau une grève qui se déroulera du 4 au 7 avril 2022.

Marc GNAZOU

This website uses cookies.

This website uses cookies.

Quitter la version mobile