Pub0
ÉconomieJustice

Tribune du Dr Christian Spieker : L’ indépendance du juge d’instruction vis- à-vis du parquet et du pouvoir exécutif dans les pays développés vient d’être prouvée dans l’affaire Bolloré en France.

Qui peut encore nier comment le Togo est dirigé par Faure Gnassingbé ? Qui peut nier que l´argent incontrôlable est souvent au centre du jeu de la gouvernance à la tête du pays ? Et que c´est la corruption qui le maintien à la tête du pays comme l´appareil respiratoire maintient en vie le malade gravement atteint de coronavirus. Il est inutile de relater encore les faits de Bolloré ici dont il est question car tout le monde le sait déjà. Ce qui nous importe ici, ce sont les dégâts que ce régime cause au Togo en maintenant à tout prix Faure Gnassingbé à la tête de ce pays et qui n´est pas un patriote.

Ce n´est pas sérieux d´un président de la République et ce n´est pas digne de sa part si la souveraineté de notre pays sera toujours atteinte par les puissances étrangères et les multinationales en l´occurrence la France et les entreprises françaises par les actes de corruption. Cela met gravement en danger notre pays et son ordre public économique. Il n´y a pas de corrupteur sans le corrompu. Un président de la République qui accepte les cadeaux des puissances étrangères en échange des contrats et des avantages fiscaux au Togo comme la juge d´instruction française l´a bien relevé à juste titre, porte gravement atteinte à l´ordre public économique du pays et à sa souveraineté.

Vincent Bolloré est un danger pour l´Afrique francophone, l´ami personnel de Nicolas Sarkozy. Il est clairement évident que c´est par l´acte de corruption que Bolloré arrive à s´implanter dans les pays d´Afrique francophone et à gagner les contrats de concession par l´appui évident des plus hautes autorités françaises.

Heureusement qu´en France les juges d´instruction sont vraiment indépendants dans leur art de mener les instructions et d´inculper lorsque les faits sont avérés avec des preuves à l´appui et qu´ils ne sont pas obligés de suivre les réquisitoires des juges du parquet comme il en est le cas dans ce dossier de Bolloré, ni de recevoir l´ordre du pouvoir exécutif. Sinon, cette affaire de Bolloré serait étouffée par le plaider-coupable en toute confidentialité accepté par le parquet mais refusé par la juge d´instruction. Cela montre même comment la France et les entreprises françaises mènent le jeu en Afrique et portent atteinte à la souveraineté des États africains où elles ont leur influence. On comprend aisément pourquoi elles apportent appui aux dictateurs pendant les élections, même truquées.

Mais pour des citoyens togolais que nous sommes, est-il concevable que ce soit une juge étrangère qui défend les intérêts du Togo et de sa souveraineté alors que cela devrait normalement relever de nos propres juges ? Que font les juges togolais qui prennent des décisions au nom du peuple ? Au nom de qui ils exercent leur fonction de magistrat ? Dans leurs décisions de justice, il est toujours écrit en tête : au nom du peuple togolais comme partout d´ailleurs dans tous les pays. Mais s´ils prennent des décisions au nom du peuple, il est clair que nos juges togolais ne défendent pas les intérêts du peuple togolais. Sinon, ç´aurait été dans les pays démocratiques en Europe, la justice togolaise se serait saisie d´office de l´affaire Bolloré dans l´intérêt du peuple togolais car en réalité c´est l´État togolais qui est lésé et non l´État français. Cette juge d´instruction française ne fait que rendre service à l´Etat togolais en voulant réprimer cet acte répréhensible de corruption par le code pénal français qui porte gravement atteinte aux intérêts du peuple togolais. Alors, que fait le juge togolais dans tout cela et qui est censé défendre le peuple togolais, s´il est vraiment au service de son pays  et rend des décisions de justice au nom du peuple togolais?

C´est un manque à gagner pour le Togo et au fisc. Normalement ce que Bolloré va payer devant le tribunal français devrait aller au fisc togolais car c´est le Togo qui est lésé fiscalement par cet acte de corruption active qu´on lui reproche et les faveurs fiscales dont il a bénéficié de la part de Faure Gnassingbé en contrepartie de son intervention financière dans la campagne présidentielle de 2010 afin que Faure Gnassingbé puisse se maintenir au pouvoir et lui accorder ses faveurs et avantages fiscaux.

Faure Gnassingbé porte atteinte aux intérêts vitaux du pays. En acceptant les cadeaux de Vincent Bolloré en contrepartie de la réduction fiscale par rapport à ses bénéfices et principalement l´attribution de concession portuaire, l´ordre public économique togolais est atteint et menacé. Par conséquent, il ne mérite pas de continuer à diriger ce pays car il fait du tort aux intérêts du Togo et à souveraineté. Il est plus que nécessaire que Faure Gnassingbé laisse le pouvoir à la fin de ce mandat, sinon il va rendre des comptes au peuple togolais tôt ou tard. Il met la souveraineté du pays en péril et sacrifie les intérêts du Togo. C´est un acte de haute trahison vis-à-vis de son serment de diriger loyalement le Togo et dans le seul intérêt du peuple togolais.

Il n´est pas un patriote. Il sacrifie le pays et ses intérêts dans le seul but de se maintenir au pouvoir.
Le prochain président togolais doit résilier cette concession attribuée à Vincent Bolloré au port par corruption et il n´aura aucune indemnisation car c´est une faute lourde et grave qui porte atteinte à la souveraineté de notre pays et à son ordre public économique.

En tout cas, moi, je suis prêt à résilier ce contrat entre l´État togolais et Bolloré si par la force des choses je parvenais à succéder à Faure Gnassingbé en 2025, pourquoi pas, en tant que patriote intègre et engagé pour l´avenir rayonnant du Togo et pour la dignité des Togolais. Aucun leader trop proche de la France ne va plus diriger le Togo. Ça suffit, les dégâts que la France et ses entrepreneurs causent à notre pays et à sa souveraineté. Le peuple togolais en aura décidé ainsi.

Les deux questions qui doivent intéresser désormais tout Togolais patriote est : comment faire partir Faure Gnassingbé du pouvoir à la fin de ce mandat en 2025 et le degré de patriotisme de celui qui viendra à sa succession pour ne pas recommencer les mêmes choses avec la France car il ne suffit pas seulement d´alternance comme toute le monde a l´habitude de la réclamer pour refaire la même chose mais une alternance pour un changement radical au sommet de l´Etat et dans la manière de diriger le pays et défendre les intérêts des Togolais.

Publicité page 2

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité page 3
Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez