Afrique

L’armée française doit quitter le Burkina Faso dans un délai d’un mois, Macron dénonce une manipulation

Fin de la coopération militaire entre le Burkina Faso et la France

Le Burkina Faso a décidé de mettre fin à un accord militaire qui permettait aux troupes françaises de combattre les insurgés dans le pays parce que les autorités veulent que le Burkina Faso se défende, a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement Rimtalba Jean Emmanuel Ouedraogo.

Le radiodiffuseur national du Burkina Faso, RTB, a rapporté samedi a rapporté samedi que le gouvernement avait suspendu mercredi, l’accord militaire de 2018 avec la France, bien qu’il souhaitait toujours un soutien sous forme d’équipement. Suite à la rupture de cette accord de coopération militaire, le gouvernement de transition, dirigé par le capitaine Traoré, exige le départ des forces françaises de la Task Force Sabre. La RTB a cité l’Agence d’information officielle du Burkina comme source de l’annonce

Les 400 forces spéciales de l’opération « Sabre » stationnés à Kamboinsin à la sortie de Ouagadougou ont donc un mois pour plier bagage.

Macron a déclaré dimanche lors d’une conférence de presse à Paris, que le message du Burkina Faso était « déroutant » avec le président Ibrahim Traoré loin de la capitale, Ouagadougou.

Et c’est à l’occasion du 60ème anniversaire du traité de réconciliation entre la France et l’Allemagne, que le président français Emmanuel Macron à réagi en demandant une clarification de la part de son homologue burkinabè, le capitaine Ibrahim Traoré
« j’attends que le président de la transition Traoré puisse s’exprimer, puisque j’ai compris que les messages qui étaient sortis à ce stade relevaient d’une grande confusion » a déclaré Emmanuel Macron au cours de la conférence de presse.

J-26 avant le départ des forces spéciales françaises du Burkina Faso.

Le président français Emmanuel Macron pointe du doigt la Russie qui tenterait selon ses propos de manipuler certains pays de Afrique de l’ouest. « Il faut veiller à une spécialité de certains dans la région qui peuvent avoir par pillier avec ce que nous vivions en Ukraine… C’est une manipulation, nous demandons à Traoré des clarifications » a t’il précisé.

Plus tôt, début janvier 2023, les autorités de la transition demandaient le départ de l’ambassadeur de France au Burkina Faso.

La France perd du terrain en Afrique

Il est à noter également que depuis la prise du pouvoir par le capitaine Ibrahim Traoré en septembre 2022, les manifestations contre la présence militaire française se multiplient Ouagadougou.

Manifestation à Ouagadougou

Les populations qui manifestent accusent la France de ne pas faire assez pour aider le Burkina Faso en proie à des attaques terroristes, et pire d’être de mèche avec les agresseurs. En novembre 2022, la France n’a pas écarté un départ de ses soldats basés au Burkina. Ces forces spéciales ont été déployées en soutien à l’opération Barkhane au Sahel, et dont l’objectif est de traquer les terroristes

La France a officiellement mis fin à son opération antijihadiste Barkhane après une brouille diplomatique avec le Mali, sur fond de rapprochement entre cet autre pays du sahel touché par le jihadisme et la Russie.

Le président de la transition Ibrahim Traoré va t-il emboîter le pas à son homologue malien Assimi Goita en se libérant du joug colonial de la France ?

Nous y reviendrons.

Freddy Roger AMEGNIGNON

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

Groupe de presse Togonyigba (support papier et en ligne) Lomé-Amadanhomé Togo / Contact Rédaction : (00228) 99460630/93921010 / N° Récépissé : 0425/24/03/11/HAAC / Courriel : togonyigba@gmail.com / Directeur Général : José-Éric Kodjo GAGLI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
1
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité