SantéSociété

[LeCoupD’oEiL] Recours à une IVG en guise de solution?

Par Anita MARCOS.

Ça va dans tous les sens! Chacun y va de son commentaire. Il y en a qui condamnent, il y en a qui approuvent. D’aucuns accusent et leurs semblables jugent avec la dernière rigueur! Quelques-uns affichent sans ambage un « Contre » catégorique et d’autres, expriment avec joie et reconnaissance un « Pour » retentissant. Entre « Oui » et « Non », les réflexions et justifications vont bon train sur les réseaux sociaux. Alors que tel crie au sacrilège et au crime, tel autre pousse un OUF de soulagement. Cette légalisation de l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) au Bénin n’a pas fini d’alimenter les débats et les grands discours « Moralisateurs »!

C’est un sujet sensible. Personnellement, je ne jouerai pas la carte de l’hypocrisie pour les beaux yeux de « X » ou « Y », je n’affirmerai rien dans l’optique de plaire à quelqu’un, de soutenir qui que ce soit! En vérité, j’avoue que sur cette actualité je suis indécise, perplexe et même partagée. C’est peut-être étonnant…Cependant, je suis convaincue de ce qu’il s’agit en réalité de CONVICTION RELIGIEUSE, de SCIENCE, de RAISON, de CHOIX PERSONNEL et de CONSCIENCE. Tout dépend de chaque individu et de la conception qu’il a de la vie.

Je l’espère! Ces femmes qui ont eu recours à une IVG en guise de solution ou de dernière alternative ne l’ont sûrement pas fait de gaieté de cœur. Dans ce cas précis, je fais allusion exclusivement aux grossesses à risques. En termes plus clairs, lorsque la vie et la santé de la mère sont en danger, que l’enfant qui va naître est atteint d’une affection particulière et grave au moment du diagnostic et à partir du moment où le médecin le préconise pour sauver les vies de la mère et de l’enfant.

Je suis une femme! Je suis donc autant que mes sœurs, et amies, concernée par cette mesure légale mais clairement, je ne saurai ni valider, ni invalider cette nouvelle loi car dans des cas exceptionnels elle peut être salvatrice alors que dans d’autres situations, je ne pourrai pas en dire pareil. Par contre, je suis en mesure d’affirmer que des cours sur la sexualité et la reproduction, la planification familiale, les méthodes contraceptives, etc…plus que jamais doivent être intégrés aux programmes d’éducation scolaires et universitaires pour faire prendre conscience aux jeunes filles aussi tôt que possible des devoirs, des implications et responsabilités qu’elles ont en lien avec une grossesse précoce, une grossesse non désirée, un avortement clandestin et que sais-je encore?!

Google 1

Pour finir, dans ce cas de sujet très sensible, chacun est libre de prendre des décisions, de faire ses choix, tout en se rappelant que personne ne peut fuir le tribunal de sa conscience et également en ayant en tête, en esprit et dans le cœur que « Le salut est personnel »…En conclusion, la réponse ou mieux, la solution ne consiste pas à prendre des décisions sur un coup de tête, sur un coup de sensibilité, sur un coup de colère ou de désespoir. C’est être pleinement conscient de nos actes et de notre responsabilité qui comptent assez dans certaines circonstances…Il ne faut juste pas perdre de vue que « La vie est sacrée »…

PS: Mon image en accompagnement de ce #LeCoupD’oEiL, pour signifier par ma posture et l’expression de mon visage que je suis toujours en mode réflexion…

TOGONYIGBA

TOGONYIGBA:Société de médias et d'actualités, Lomé-Amadanhomé (Togo) | RCCM:TG-LOM 2018 A 5677 | N° Récépissé:0425/24/03/11/HAAC | Banque:Orabank / Numéro de Compte:06101-65386500501-49 (agence kpalimé) | Courriel:togonyigba@gmail.com | Boîte postale:23BP90053539 Lomé Apédokoè | Tel:(00228) 99460630/93921010 | Directeur Général:José-Éric Kodjo GAGLI (LeDivin)

Articles similaires

159 commentaires

Bouton retour en haut de la page
wpChatIcon

En savoir plus sur Togonyigba

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité