ActualitésSport

JO-TOKYO 2021. Retour des athlètes togolais sans médaille : La faute à qui ?

Ils reviennent au pays tels qu’ils étaient partis. Aucun trophée, aucune médaille, et telle que la devise de la compétition le promeut si bien, « l’essentiel c’est la participation ».

Les athlètes togolais, Claire Ayivon, Fanny Kokou Dodzi, Fabrice Dabla, Damien Otogbé, et Kabissa Koumealo rentreront bredouille des Jeux olympiques de Tokyo.

L’espoir et les attentes des Togolais sont dissipés avec l’élimination de Fabrice Dabla disqualifié pour un faux départ le samedi dernier aux 100 mètres hommes.

En attendant leur atterrissage à Lomé, le public se pose une question. À qui la faute ?

L’athlétisme ou le sport en général au Togo est considéré comme un simple jeu, un divertissement. Pour le peu de concitoyens qui rêvent d’en faire leur profession, c’est aussi un problème. Ils se doivent de frotter leur passion aux desiderata des politiques et de vivre dans l’ombre d’un amateurisme imposé.

Les 5 athlètes qui ont représenté le Togo à Tokyo ont prouvé qu’ils ont du potentiel et du génie créateur. Mais le talent seul au Togo ne suffit pas. Il faut le mêler à la politique, aux relationnels, et surtout si vous voulez avoir à vos côtés une certaine mesure de moyens techniques et financiers.

Les athlètes togolais ont été négligés sur plusieurs points dans leur préparation pour les J.O.

Loin de tergiverser sur le débat qui concerne le budget alloué au comité olympique togolais, il est clairement évident qu’il faut faire un remue-méninges dans cette faîtière sportive.

Le mal du sport togolais, c’est beaucoup plus l’encadrement technique, et financier. En effet, il n’y a aucune institution qualifiée pour répertorier puis former les talents. Les athlètes togolais sont laissés à la merci du « bon Dieu » et c’est seulement à l’approche des compétitions qu’on les regroupe, qu’on les bluffer avec quelques liasses de billets modiques, puis en retour s’octroyer une gloire médiatique. Mais la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a. Les ambassadeurs sportifs ne peuvent que donner la prestation qui correspond à leur préparation et à leur niveau.

Le sport n’est pas la priorité du pouvoir en place. Il est plus préoccupé par l’espionnage de ses propres citoyens que par le développement économique, et social.

Félicitations à Claire Ayivon, et ses collègues. Le miracle dont le gouvernement attend d’eux aura peut-être lieu en 2024 à Paris.

José LeDivin

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

Groupe de presse Togonyigba (support papier et en ligne) Lomé-Amadanhomé Togo / Contact Rédaction : (00228) 99460630/93921010 / N° Récépissé : 0425/24/03/11/HAAC / Courriel : togonyigba@gmail.com / Directeur Général : José-Éric Kodjo GAGLI

Articles similaires

51 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
1
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité