ActualitésNationale

« Les cadres du Rpt-Unir, ne sont pas heureux quand ils vont chez eux au village (…) » affirme Naboudja Bouraima, un membre de la DMK

Les togolais vivent de jours en jours dans la misère, la famine et la précarité qui ne dit pas son nom à cause de nos gouvernants selon Naboudja Bouraima, un membre de la Dynamique Monseigneur Kpodzro. Ce professeur de philosophie au ministère de la fonction publique va loin jusqu’à dire que les cadres du Rpt-Unir ne sont pas heureux quand ils vont chez eux au village puisqu’ils sont non seulement à l’origine de la souffrance de leurs peuples, mais aussi leur conscience les gène.

Naboudja Bouraima, professeur de philosophie au ministère de la fonction publique et membre de la Dynamique Monseigneur Kpodzro affirme que les gens du pouvoir ne sont pas fiers d’eux-mêmes et ils ne sont pas également heureux quand ils se rendent dans leur village natal. À en croire ce professeur de philosophie, certains cadres du Rpt-Unir quand ils vont au village, ils n’ont pas le courage de sortir publiquement, car ils ont honte. Lisez intégralement son message.

« Il n’y a rien de plus difficile à supporter ici bas que d’être contraint de vivre dans la misère. Aujourd’hui, la souffrance des togolais n’est plus un secret pour personne. Tout le monde sait que la chose la mieux partagée au Togo, c’est la misère. De Lomé à Cinkassé, la misère est entrain de détruire le vivre-ensemble. Les familles n’arrivent pas à joindre les deux bouts. À qui la faute ? Aux gouvernants. Les inégalités sociales prennent des proportions inquiétantes. L’orphelin, la veuve, l’étudiant, l’élève est oublié. Nos parents paysans qui nourrissent les villes sont oubliés. Il n’y a pas de l’eau potable, l’électricité est un luxe au troisième millénaire au Togo. Il n’y a pas de route pour permettre aux populations de vaquer librement à leurs occupations. Les salaires inadaptés aux fonctionnaires. Le Smig à 35.000 ne permet pas à ces victimes de l’Industrie des inégalités sociales de pouvoir joindre les deux bouts. D’ailleurs combien de togolais respect le Smig pour nos frères et sœurs qui sont dans les bars et restaurants. Face à cette situation d’une gravité extrême, parce qu’aujourd’hui la misère est considérée comme un crime contre l’humanité. C’est à cause de la mauvaise répartition des biens que certains individus se retrouvent dans la misère effroyable et surtout comme le cas du Togo. D’ailleurs Robert Dussey, le ministre en charge des affaires étrangères a si bien dit : « que les peuples africains sont malades de leurs dirigeants ». Devant cette situation, je sais que nos frères au pouvoir ne sont pas heureux, ils ne sont pas fiers. Quel homme digne de ce nom, doué de raison peut arriver au village voir la situation de nos parents, et on est pas capable de pouvoir donner à manger à ces enfants ne serait-ce une seule fois par jour ? Je sais qu’ils ne sont pas fiers. Parce que personne ne peut être fier quand la misère est devenue le sort tragique du peuple togolais. Ça coûte combien un forage et l’électricité ? Ne serait-ce pour l’éclairage, ce n’est pas pour les usines. Ça fait partie des besoins élémentaire dans les maisons. Les togolais n’en ont pas. Il y a ce qu’on appelle aujourd’hui communément les araignées, des branchements anarchiques avec tous les risques possibles. Nos frères au pouvoir ne sont pas fiers. Il y a des gens quand ils vont au village, ils n’ont pas le courage de sortir publiquement, ils ont honte. Leur conscience les gène. Le bonheur n’est pas possible quand on est le seul richesse dans une localité en reprenant les termes de EVA Jolie, l’écologiste française. La conscience est là, ils savent pertinemment ce qu’ils sont entrain de faire ce n’est pas bien. La gouvernance n’est pas à la hauteur d’eux. Le Togo est un état riche mais quand les gens se retrouvent dans cette misère, ceux qui sont à l’origine savent pertinemment. Ils ne dorment pas pour être heureux surtout quand c’est toi qui est à l’origine de la souffrance des enfants, des parents et du peuple » a-t-il confié à notre rédaction

Par ailleurs, Naboudja Bouraima lance un appel à l’endroit du monde entier d’ouvrir grandement les yeux sur le cas du Togo tout en martelant que les gens du pouvoir ne sont pas heureux.

« Ceux qui nous font souffrir ne sont pas heureux. Et comme le dit si bien Pierre Abélard les méchants ne sont pas heureux. Quand tu sais que c’est à cause de toi que les autres sont malheureux, tu ne peux jamais être heureux. On gagne quoi dans ce machiavélisme, dans cette misère infligée injustement au peuple togolais ? Je lance un appel à l’endroit du monde entier d’ouvrir grandement les yeux sur le cas du Togo. Un État qui n’est pas en guerre mais qui n’évolue pas, c’est qu’il y a problème »

Solange A.

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

Groupe de presse Togonyigba (support papier et en ligne) Lomé-Amadanhomé Togo / Contact Rédaction : (00228) 99460630/93921010 / N° Récépissé : 0425/24/03/11/HAAC / Courriel : togonyigba@gmail.com / Directeur Général : José-Éric Kodjo GAGLI

Articles similaires

33 commentaires

  1. ILS SONT PAS HEUREUX  »  » ils ont honte de sortir quand ils sont au village  » ?? et pourquoi ils ne commencent pas à changer les choses dans leur village ?C EST TROP facile ,ces gens ne se soucient même pas de leurs familles à plus forte raison le peuple ,gouverner s est s occuper du bien être du peuple ,le minimum ,avoir à manger ,se soigner et l éducation !!ils en sont loin ,regardez seulement autour de nous ,les pays avancent ,nous avons même pas un hôpital de reférence à lomé ,la liste serait trop longue ,mais essayer aussi un autre ils refusent ,c est désolant ,le TOGO se meurt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
1
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité