Afrique

Ghana-Flintlock Les forces spéciales américaines ont lancé des exercices antiterroristes avec les armées africaines

Flintlock, est le plus grand exercice d’opérations spéciales, tenu au Ghana, par le Commandement des Etats Unis pour l'Afrique

Les États-Unis ont lancé du 1er au 15 mars 2023, leur programme annuel de formation antiterroriste pour les forces africaines au Ghana, visant à renforcer les défenses frontalières dans la lutte contre les insurgés islamistes qui se propagent vers le sud dans de nouveaux territoires.

1300 militaires prendront part à cet exercice

Le programme, connu sous le nom de Flintlock, a débuté dans une base militaire de la ville poussiéreuse de Daboya, dans le nord du pays, où des entraîneurs américains et européens ont formé des soldats de toute l’Afrique aux premiers secours et à des exercices de tir dans une chaleur torride.

« Flintlock a l’intention de renforcer la capacité des principaux pays partenaires de la région à lutter contre les organisations extrémistes violentes, à collaborer au-delà des frontières et à assurer la sécurité de leur peuple », a déclaré le Commandement américain pour l’Afrique dans un communiqué.

La formation intervient à un moment critique pour l’Afrique de l’Ouest, où des groupes liés à l’État islamique et à Al-Qaïda continuent de mener des attaques de routine contre des civils et des militaires malgré les interventions coûteuses des forces internationales.

Google 1

Ce qui a commencé comme une insurrection basée au Mali en 2012 s’est depuis transformé en un réseau régional de groupes islamistes concurrents qui opèrent dans de vastes zones du Niger et du Burkina Faso enclavés et qui, ces dernières années, se sont propagés dans les pays côtiers, dont le Bénin, le Togo et la Côte d’Ivoire.

La violence a tué des milliers de personnes et déplacé des millions de personnes.

Jusqu’à présent, le Ghana, dont le nord rural borde le Burkina Faso, a été épargné par la violence, mais les experts en sécurité affirment que le crime organisé sévit et que les communautés pauvres et éloignées pourraient être vulnérables au recrutement, comme elles l’ont été dans les pays voisins.

Daboya lui-même est à moins de 160 km du Burkina Faso.

« Les partenaires devraient profiter de cette fenêtre, car les efforts de lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest ont été largement inefficaces une fois que la phase ouverte de l’insurrection (par exemple, le recrutement local) est en cours », a déclaré Aneliese Bernard, directrice de Strategic Stabilization Advisors, un organisme américain. groupe consultatif sur les risques.

Les efforts de coordination transfrontalière en Afrique de l’Ouest ont été compliqués par des coups d’État militaires au Mali, au Burkina Faso et en Guinée depuis 2020 qui ont entraîné des sanctions temporaires et des fermetures de frontières.

Les frictions avec les juntes au Mali et au Burkina Faso ont conduit la France à retirer des milliers de soldats de ces pays au cours de l’année écoulée, ce qui, selon certains analystes, pourrait être un coup de pouce pour les groupes islamistes.

L’objectif est « de renforcer la capacité des principaux pays partenaires de la région à lutter contre les organisations extrémistes violentes, à collaborer au-delà des frontières et à assurer la sécurité de leur population, tout en respectant les droits de l’homme et en renforçant la confiance avec les populations civiles »,  selon le communiqué de l’AFRICOM.  

Ajoutant que « la forte participation des partenaires africains et internationaux reflète un engagement mutuel à lutter contre les activités malveillantes et l’extrémisme violent dans toute la région du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest ».

En outre, cet exercice porte également sur le développement des capacités les forces engagées en matière de protection des populations civiles.  

Pour rappel, le premier et le plus grand exercice annuel d’opérations spéciales du Commandement des États-Unis pour l’Afrique – a lieu chaque année depuis 2005 dans la région du Sahel en Afrique entre les pays participant au Partenariat transsaharien de lutte contre le terrorisme et sont planifiés par les forces d’opérations spéciales des pays partenaires africains, le Commandement des opérations spéciales – Afrique et le Département d’État américain 

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

TOGONYIGBA:Société de médias et d'actualités, Lomé-Amadanhomé (Togo) | RCCM:TG-LOM 2018 A 5677 | N° Récépissé:0425/24/03/11/HAAC | Banque:Orabank / Numéro de Compte:06101-65386500501-49 (agence kpalimé) | Courriel:togonyigba@gmail.com | Boîte postale:23BP90053539 Lomé Apédokoè | Tel:(00228) 99460630/93921010 | Directeur Général:José-Éric Kodjo GAGLI (LeDivin)

Articles similaires

2 commentaires

  1. I was wondering if you ever thought of changing the layout
    of your blog? Its very well written; I love what youve got to say.
    But maybe you could a little more in the way of content so people could connect with
    it better. Youve got an awful lot of text for only having one or two images.
    Maybe you could space it out better?

  2. Thanks , I have just been searching for info approximately this subject for ages and yours is
    the best I’ve discovered till now. However, what about the conclusion? Are
    you sure in regards to the source?

Bouton retour en haut de la page
wpChatIcon

En savoir plus sur Togonyigba

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité