Pub0
Libre opinion

Tribune-Libre : Fauteuil présidentiel, cet opium !

Les intérêts personnels, l’hypocrisie et l’égoïsme ont toujours pris le dessus sur la raison et l’intérêt général de la nation
Depuis un certain temps, l’horizon politique togolais est corrompu par des attaques personnelles entre les leaders politiques.

Le Togo reste un pays désorganisé sur le plan politique, social et presque sur tous les autres aspects concernant le bien-être du Togo ; ce qui affecte énormément donc les activités socioéconomiques du peuple Togolais.

Chaque leader se fait entendre, défend ses positions, et adopte des stratégies par tout canal accessible à lui pour toucher ses concitoyens.

Les réseaux sociaux restent aussi la chasse gardée de leurs activistes qui les défendent bec et ongles surtout dans le camp du parti au pouvoir en place. La voix du premier responsable des Togolais qui reste effacée des médias, est portée par ses proches collaborateurs, ministres et cadres de son parti-État (UNIR). Les activistes et états-majors de son parti assurent « le job » depuis avec des moyens financiers colossaux tout en dépouillant les sociétés publiques togolaises.

L’incertitude politique qui prévaut au Togo.

La distribution des cartes sur l’échiquier national togolais a poussé certains partis politiques à se regrouper au sein de la dynamique Monseigneur Kpodzro et faire face à UNIR (Union pour la République) pour provoquer et réussir l’alternance au Togo en 2020. Mais hélas et comme les précédentes coalitions, le rêve s’est très vite transformé en une grande illusion.

Les intérêts personnels, le fauteuil présidentiel, l’hypocrisie et l’égoïsme ont toujours pris le dessus sur la raison et l’intérêt général de la nation. Pendant ce temps, Faure Essozimna Gnassingbé et son parti Union pour la République (UNIR), continuent de déployer tout leur arsenal juridico-politique pour faire taire le candidat de la dynamique Monseigneur Kpodzro qui continue quant à lui, à revendiquer une victoire qui lui serait volée dans les urnes.

Oui, la situation sociopolitique du Togo, la terre de nos aïeux reste toujours la même.
Est-ce de l’incompétence ou manque de stratégie adéquate pour parvenir à bout de ce régime de « dictature moderne » ?
Quoi faire alors ? C’est très simple, il faut juste que l’opposition change de stratégie politique, adopte les plans modernes de communication non pas vers le petit peuple, mais vers le grand peuple.

Changement de stratégies suppose donc un autre langage vers le peuple par plusieurs méthodes notamment des « porte-à-porte », des réunions de quartiers pour sensibiliser les populations sur ce qui leur revient de droits, c’est-à-dire leur liberté, leur bien-être. Cette stratégie doit parvenir à faire comprendre aux chefs de quartiers, chefs des villages et de cantons que cette lutte n’est pas contre une personne mais pour les Togolais.

La mission c’est aussi d’inculquer dans la tête des Togolais qu’ils ne descendent pas dans les rues pour faire plaire à Kodjo Agbéyomé, ni à Jean-Pierre Fabre, ni à Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, ni à Tchikpi Atchadam, ni à Tchassona-Traoré…. Etc., mais pour prouver à Faure Gnassingbé et aussi montrer leur mécontentement pour sa gestion calamiteuse du pays.

Le Président de la République, Faure Gnassingbé pour ceux qui le connaissent bien ou ne connaissent pas, n’a pas l’habitude de s’exprimer sauf à des occasions solennelles ou surtout quand il est hors des frontières de son propre pays, le Togo. L’évidence n’est plus à démontrer. Son mutisme interpelle encore plus d’un.

La crise politique que traverse le Togo depuis plusieurs années déjà a pris une tournure inquiétante, celle du bras de fer entre les différents acteurs politiques et, subitement une grande campagne de communication via les réseaux sociaux dans le seul but de convaincre, oui convaincre et encore convaincre.

Au début de cette crise, le vent a failli, et tout le monde le sait, emporter le pouvoir de Faure Gnassingbé. Mais celui-ci a réussi presque à prendre le dessus avec le temps. Les choses peuvent changer si et seulement si l’opposition arrive à mobiliser plus de la moitié de la population togolaise par une stratégie bien organisée. Là, le chef de l’Etat se sera contraint de démissionner sous la pression de la rue. Faure Gnassingbé est toujours dans une logique, s’éterniser au pouvoir comme son papa Etienne Gnassingbé le lui avait conseillé « papa m’a dit de ne jamais laisser le pouvoir » et rien ne semble l’arrêter. Et pour ce faire, malin qu’il soit, il s’emploie à mettre les bouchés doubles en mettant en place des associations, organisations des jeunes, femmes et tout récemment des sages de son parti, et tout ceci dans le seul et unique but de légitimer son pouvoir. D’où la nécessité à l’opposition de changer de langage vers la population.

Reste à l’ensemble de la population, aux partis politiques de tirer les conséquences de cette nouvelle donne et permettre à ce qu’une réelle alternance arrive enfin au Togo.

En réalité, la communauté internationale, « ces machins-la » notamment l’ONU, l’UA, la CEDEAO, l’UE…si elle ne dit rien sur la situation sociopolitique du Togo, amènera le peuple à décider de son sort donc, prendra son destin en main. Bien évidemment, ces organisations connaissent le point fort de ce régime cinquantenaire à savoir la gabegie, le mensonge, la mal gouvernance, la corruption, le pillage des ressources.
Il revient au peuple togolais d’être résolument engagé pour faire échec à ce régime qui a comme politique la ruse pour abattre ses adversaires politiques.

Le Président de la République, chef suprême de l’armée, premier magistrat togolais, ayant presque tous les pouvoirs et bien sûr, la majorité à l’Assemblée nationale, peut dénouer cette crise si <> sont mis de côté.

Cette crise qui met à genou non seulement l’économie de son propre pays, le Togo, mais aussi le décrédibilise à l’international commence à avoir une tournure assez inquiétante. . .

Cher Président du Togo, le peuple vous regarde car un peuple qui a faim a des pensées diaboliques.

L’homme n’est rien sans l’homme. Cher Président du Togo, vous aurez le soutien de votre peuple si et seulement si vous avez respecté vos paroles prononcées lors des campagnes présidentielles passées notamment en 2015 « mandat social ». Le Togo veut le développement et le changement. Ce Changement ne veut pas forcément dire <> mais plutôt que tout le monde soit épanoui et de mettre la personne qu’il faut à la place qu’il faut. Savoir aussi que le Togo du nord au sud est UNI et indivisible.

Aujourd’hui, tous les adeptes d’une démocratie adaptée à l’Afrique se limitent à l’exercice du pouvoir sur de longues durées voire à vie comme pour des rois. Il faut donc des hommes d’honneur, visionnaires pour diriger nos États, en mettant en place, non pas dans un vulgaire mimétisme bête, un véritable projet de développement participatif et inclusif de nos pays. Si nous voulons réellement sauver notre pays, finissons avec le leader charismatique, l’égoïsme, la personnalité providentielle… La considération de tout ça nous divise et nous empêche de regarder dans la bonne direction. Il y en a qui disent que Tikpi ou Kodjo est mieux que Jean Pierre et vice-versa. Et ça nous retarde. Arrêtons la guerre de personne, mettons-nous ensemble et concentrons-nous sur la stratégie où les stratégies à mettre en œuvre pour venir à bout de la dictature des Gnassingbé et alliés. Lorsque nous aurons à asseoir les fondamentaux d’un État souverain où le peuple est seul maître de sa souveraineté, ils pourront défiler chacun pour démontrer leur capacité de bien diriger notre pays et assurer le bien-être de tous.

L’histoire d’un peuple déterminé et combatif doit renaître au Togo… En toutes circonstances, de tout temps et de manière imparable, au-devant de ce système récalcitrant de père en fils, la non-participation aux élections a fait plus de tort au désir de changement du Peuple togolais que sa participation aux consultations électorales, même imparfaites.

C’est une question de Dignité.
Que la sagesse et le bon sens puisent nous guider !

José Éric GAGLI,
Un intellectuel insoumis

Publicité page 2

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité page 3
Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez