Échos des ÉcolesÉducation

Togo/Éducation : kokoroko met à nouveau en garde les chefs d’établissements qui créent volontairement des dettes à leur profit. Les notes administratives ont leur limite, les états généraux de l’éducation s’impose

Le ministre de l’enseignement primaire, secondaire, technique et de l’Artisanat, Dodzi Komlan Kokoroko dans son « rôle d’assainissement du milieu scolaire » met à nouveau en garde les chefs d’établissements qui créent volontairement des dettes à leur profit. L’assainissement du secteur de l’éducation certes, cependant les états généraux dudit secteur s’impose au ministre qui ne fait que sortir des communiqués sur communiqués.

Le ministre en charge de l’enseignement primaire et secondaire dénonce les actes malhonnêtes et frauduleux des chefs d’établissement. Pour lui, ces actes ont des répercussions très négatifs sur la gestion et le fonctionnement des établissements et par ricochet sur la qualité des apprentissages. Comme de son habitude, le professeur Dodzi Komlan Kokoroko, à travers un communiqué signé en date du 04 août 2021, met en garde les chefs d’établissement du public mutés ou admis à la retraite qui créent intentionnellement des déficits budgétaires en vue de mettre cela à la charge de leur successeur.

La note du ministre kokoroko

Selon le ministre, ces déficits, souvent constatés lors des passations de service, constituent des faits de dette pour les établissements. « Pour couronner le tout, ces chefs d’établissement se permettent d’emporter des biens de toute nature, appartenant au patrimoine de l’établissement. D’autres, pour leur part, perçoivent les frais scolarité pendant les vacances, opèrent des achats non nécessaire mais surfacturés et les font supporter par l’établissement pour le compte de la nouvelle année scolaire alors que le budget n’est même pas élaboré et adopté » peut-on lire dans le communiqué du ministre

Le ministre demande à tous ceux qui seront tentés de mettre en œuvre « cette stratégie de la terre brûlée » d’y renoncer immédiatement. Il rappelle que, selon les textes en vigueur, le budget unique proposé et validé par des chefs d’inspection puis soumis à l’assemblée générale des parents d’élèves pour adoption, est « annuel et équilibré en recettes et en dépenses ». En conséquence, aucun budget ne peut présenter un déficit quelconque indique le premier responsable du secteur de l’éducation.

Une décision du ministre qui a fait réagir un internaute. Voici l’intégralité du message de l’internaute

« Les actes administratifs ont leurs limite ! Tout ne peut pas se régler par les notes de service. Il faut écouter les acteurs, discuter avec eux et prendre aussi en compte leurs préoccupations car la plupart des problèmes sont antérieurs à son arrivée. Organiser les états généraux de l’éducation en impliquant les acteurs pertinents. De ces états généraux sortira une stratégie et un plan d’action quinquennal ou décennal. Les problèmes de fond seront réglés progressivement. Le ministre doit diminue son « zèle ». Combien de sortie à l’intérieur du pays ( dans Plateaux, Centrale, Kara et Savanes ) a-t-il effectué depuis sa nomination au département ? On ne peut pas être plus royaliste que le roi. On dirait que dans notre fameux slogan du « gouverner autrement », Kokoroko est le seul qui a eu la malchance d’hériter un département où ses collaborateurs et chefs de service sont corrompus ou malhonnêtes !
Que dit le Premier Ministre sur son leadership avec la prolificité des notes de services souvent musclés ?
Si c’est bon, pourquoi elle ne demande pas aux autres ministre d’imiter leur collègue de l’enseignement ?
Il y a des ministres qui font plus de 10 ans avec le Président actuel du Togo et toujours présents à chaque nouveau gouvernement, pourquoi on ne remarque pas une telle prolificité des actes administratifs chez eux malgré que certains secteurs comme la santé et la justice sont tout aussi minés par des agents indélicats ?
Autant de questions qui amènent le citoyen lambda à se demander si le ministre Kokoroko connait le vrai fonctionnement du système Unir? Sait-il par exemple que la complaisance avec des militants Unir corrompus est le prix à payer pour se maintenir longtemps au pouvoir ? Sinon que reste-il de l’affaire Pétrolgate ? De la route Lomé-Vogan-Anfoin et surtout du dernier scandale révélé par le confrère Ferdinand Ayité sur un présumé achat de voiture au prix de 57 millions de F CFA sur les fonds de la CEB par un ministre du gouvernement actuel malgré la situation moribonde de la CEB ? » a posté une internaute

« Puisse que les actes administratifs apparaissent et tombent comme de puissants remèdes préventifs et curatifs contre les maux et dysfonctionnements constatés, que le ministre Kokoroko se penche aussi sur des notes de services pour pallier au déficit d’infrastructures scolaires et de manque de logistiques et pour mettre fin à l’état exécrable de certains établissements scolaires publics dans nos villages et hameaux » a indiqué un autre

Fabrice G

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

Groupe de presse Togonyigba (support papier et en ligne) Lomé-Amadanhomé Togo / Contact Rédaction : (00228) 99460630/93921010 / N° Récépissé : 0425/24/03/11/HAAC / Courriel : togonyigba@gmail.com / Directeur Général : José-Éric Kodjo GAGLI

Articles similaires

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
1
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité