Afrique

Le Mali et le Burkina Faso promettent un soutien militaire au CNSP en cas d’intervention armée de la CEDEAO au Niger

Toute intervention militaire au Niger pour rétablir le président déchu Mohamed Bazoum serait considérée comme une « déclaration de guerre contre le Burkina Faso et le Mali », ont déclaré les deux pays dans un communiqué conjoint lundi.

Les gouvernements des deux voisins du Niger, tous deux issus de récents coups d’État militaires, ont fait ces commentaires après que les dirigeants ouest-africains ont menacé d’utiliser la « force » pour rétablir Bazoum et ont imposé une batterie de sanctions au Niger suite au coup d’état.

« Toute intervention militaire contre le Niger équivaudrait à une déclaration de guerre contre le Burkina Faso et le Mali », ont averti les deux pays.

Ils ont déclaré que « les conséquences désastreuses d’une intervention militaire au Niger… pourraient déstabiliser toute la région ».

De gauche à droite Assimi Goïta, président de la transition au Mali, et le capitaine Ibrahim Traoré président de la transition au Burkina Faso

Les deux ont également déclaré qu’ils « refuseraient d’appliquer » les « sanctions illégales, illégitimes et inhumaines contre le peuple et les autorités du Niger ».

Google 1

Le chef des gardes, le général Abdourahamane Tiani, s’est déclaré chef du Niger, mais sa revendication a été rejetée au niveau international et le bloc ouest-africain de la CEDEAO lui a donné une semaine pour rendre le pouvoir.

Rappelons que deux jours après le renversement du président Mohamed Bazou par les militaires de sa garde présidentielle le 26 dernier, le général Abdourahamane Tchiani s’est autoproclamé dans la soirée du 28 juillet 2023, président du Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP) .

Dans un communiqué séparé, la Guinée – dont le gouvernement est également le résultat d’un coup d’État – a exprimé son « désaccord avec les sanctions recommandées par la CEDEAO, y compris l’intervention militaire ». Elle annonce une éventuelle dislocation de la CEDAO si une intervention militaire extérieure intervenait au Niger.

Elle  a déclaré avoir « décidé de ne pas appliquer ces sanctions, qu’elle considère comme illégitimes et inhumaines », et a exhorté la CEDEAO à « reconsidérer sa position ».

Le Niger est le troisième pays du Sahel en moins de trois ans, après le Mali et le Burkina Faso, à être secoué par un coup d’État militaire.

Voici la batterie de sanctions de la Cédéao contre le Niger.

  1. Fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les pays de la CEDEAO et le Niger ;
  2. Institution de la zone d’exclusion aérienne de la CEDEAO sur tous les vols commerciaux à destination et en provenance du Niger;
  3. Suspension de toutes transactions commerciales et financières entre États membres de la CEDEAO et le Niger ;
  4. Gel de toutes les transactions de services, y compris les services publics ;
  5. Gel des avoirs de la République du Niger dans les Banques Centrales de la CEDEAO ;
  6. Gel des avoirs de l’Etat du Niger et des Entreprises d’Etat et entreprises parapubliques dans les banques commerciales ;
  7. Suspension du Niger de toute aide financière et transaction avec toutes les institutions financières, notamment la BIDC et la BOAD ;
  8. Interdiction de voyager et gel des avoirs pour les responsables militaires impliqués dans la tentative de coup d’État. Il en va de même pour les membres de leur famille et les civils qui acceptent de participer à toute institution ou gouvernement mis en place par ces responsables militaires ;
  9. Appelle l’UEMOA et toutes les autres instances régionales à mettre en œuvre la présente décision.
  10. La libération immédiate du président Bazoum et le retour complet à l’ordre constitutionnel en République du Niger. Si ces demandes ne sont pas satisfaites dans un délai d’une semaine , la Cédéao prendra toutes les mesures nécessaires et ces mesures peuvent inclure l’usage de la force.

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

TOGONYIGBA:Société de médias et d'actualités, Lomé-Amadanhomé (Togo) | RCCM:TG-LOM 2018 A 5677 | N° Récépissé:0425/24/03/11/HAAC | Banque:Orabank / Numéro de Compte:06101-65386500501-49 (agence kpalimé) | Courriel:togonyigba@gmail.com | Boîte postale:23BP90053539 Lomé Apédokoè | Tel:(00228) 99460630/93921010 | Directeur Général:José-Éric Kodjo GAGLI (LeDivin)

Articles similaires

17 commentaires

Bouton retour en haut de la page
wpChatIcon

En savoir plus sur Togonyigba

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité