Afrique

L’Afrique de l’Ouest, nouvelle plaque tournante de la cocaïne

Un rapport de l’ONU a souligné l’implication croissante des zones ouest-africaines dans le trafic de drogue, notamment d’une certaine poudre blanche.(cocaïne).

L’offre mondiale de cocaïne a bondi en moins de deux ans, et l’acheminent de la drogue en provenance d’Amérique latine emprunte de nouveaux circuits, en particulier dans les pays ouest-africains. Après un déclin dû à la pandémie de coronavirus, la culture de la coca a grimpé de 35 % entre 2020 et 2021, selon le rapport mondial sur la cocaïne 2023 de de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

télécharger ici le rapport de L’ONUDC :  “Rapport mondial sur la cocaïne 2023

Beaucoup de choses changent sans changer, selon le Rapport mondial sur la cocaïne 2023 de cette année, publié par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Si l’offre mondiale de l’alcaloïde tropanique extrait de la feuille de coca semble avoir officiellement augmenté de 35 % en moins de deux ans, il est difficile de savoir si les statistiques reflètent une efficacité accrue des mesures de saisie des forces de l’ordre (les saisies se multipliant), l’ opportunité offerte par l’amélioration de la conversion de la feuille de coca en chlorhydrate de cocaïne, ou une augmentation notable de la demande de médicaments psychotropes, en particulier après une période d’indisponibilité lors de l’apparition du Covid-19.

Google 1

Si les principales destinations de la cocaïne semblent inchangées dans le temps – notamment dans les pays occidentaux et asiatiques – sa trajectoire a évolué.

La Guinée-Bissau n’est donc plus cet “épicentre africain des trafics” apparu dans les années 2000.

La Guinée-Bissau ayant été identifiée comme l’épicentre africain de la drogue au cours des 20 dernières années, la région occidentale du continent s’est maintenant développée pour devenir sa plaque tournante de la cocaïne, grâce à la Colombie et au Brésil.

Divers navires océaniques sont responsables du transport des marchandises illicites des Amériques vers les pays côtiers africains comme le Sénégal, la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Bénin et le Nigeria.

Ces destinations servent de zones de transit vers l’Asie, notamment en passant par l’Afrique de l’Est ou australe, où la drogue peut être dissimulée dans les bagages des participants au séminaire, dans des conteneurs d’attiéké, ou dans l’estomac des mules de la drogue, c’est-à-dire des individus qui avalent des balles de cellophane devant eux. de voyages internationaux.

Concernant le transit vers l’Europe, la Côte d’Ivoire a démantelé il y a un an, un important réseau de trafic de cocaïne entre l’Amérique du Sud et l’Europe – une affaire aux ramifications politiques.

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

TOGONYIGBA:Société de médias et d'actualités, Lomé-Amadanhomé (Togo) | RCCM:TG-LOM 2018 A 5677 | N° Récépissé:0425/24/03/11/HAAC | Banque:Orabank / Numéro de Compte:06101-65386500501-49 (agence kpalimé) | Courriel:togonyigba@gmail.com | Boîte postale:23BP90053539 Lomé Apédokoè | Tel:(00228) 99460630/93921010 | Directeur Général:José-Éric Kodjo GAGLI (LeDivin)

Articles similaires

212 commentaires

Bouton retour en haut de la page
wpChatIcon

En savoir plus sur Togonyigba

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité