Site icon Togonyigba

La Cour suprême du Ghana rejette l’offre de bloquer le projet de loi anti-LGBTQ

La Cour suprême du Ghana a rejeté mercredi une contestation judiciaire visant à empêcher le parlement d’adopter un projet de loi anti-LGBT strict, ouvrant la voie à sa ratification.

Les législateurs de la nation ouest-africaine débattent d’un projet de loi depuis août 2021 qui criminaliserait les relations homosexuelles, être transgenre et défendre les droits des LGBTQ. La plupart des députés y sont favorables.

L’adoption du projet de loi sur les droits sexuels de l’homme et les valeurs familiales ghanéennes réduirait davantage les libertés dans un pays où le sexe gay est déjà passible de trois ans de prison, selon les critiques et les militants.

Amanda Odoi, une chercheuse universitaire, a déposé une plainte le 7 juillet pour contester la constitutionnalité du projet de loi, affirmant qu’il aurait un impact sur l’aide des donateurs et d’autres formes de soutien financier. La Cour suprême du Ghana a jugé mercredi que ses arguments n’étaient pas suffisamment convaincants pour accorder une injonction.

La décision a ouvert la voie au projet de loi, l’un des plus sévères envers la communauté LGBTQ en Afrique, pour passer par une dernière étape d’approbation parlementaire avant d’être promulguée.

This website uses cookies.

This website uses cookies.

Quitter la version mobile