Chronique

[Chronique-Santé] LE BÉ- BÉ- BÉ- BÉGAIEMENT: UN HANDICAP LOURD À PORTER EN SOCIÉTÉ.

À chacun d’entre nous, il est déjà arrivé de rire franchement aux bonnes blagues d’un ou d’une humoriste qui à la faveur d’un « one man show » ou « one woman show » fait mine de bégayer, mais alors de façon parfois exagérée. Dans un contexte plus réel, ça fait moins rire. Même que le bégaiement d’une personne avec qui nous discutons, intrigue et met mal à l’aise. À ce sujet, on se surprend souvent à lui prêter les mots qu’il essaie de dire ou à deviner avant lui les fins de ses phrases, histoire de lui alléger la tâche.

Entre le temps mis, les difficultés pour s’exprimer et la gêne et l’embarras de ses interlocuteurs en effet, le bègue éprouve souvent beaucoup de mal à parler et la peur de bégayer en public n’arrange rien. Le fait de répéter des syllabes, des parties de mots, de buter et de bloquer sur des mots lui complique la vie, pour ne pas dire l’expression orale.

Il ne s’agit pourtant pas forcément d’une maladie sous-jacente ou d’une affection grave (Tous les cas ne se ressemblent pas). C’est par contre, le propre d’une personne bègue puisque le bégaiement est un problème d’élocution entraînant des difficultés au niveau du débit et de l’aisance lors de la communication verbale.

Alors qu’il est dit que le trouble d’élocution serait beaucoup plus une résultante d’antécédents familiaux (de bégaiement), c’est-à-dire d’ordre génétique, la nervosité, la colère, le choc physique ou émotionnel, la peur, la fatigue, la déception, la joie extrême, bref, les émotions vives et intenses donnent parfois lieu à des hésitations. Ces hésitations étant différentes du bégaiement qui est clairement manifesté par des répétitions de mots, l’étirement ou l’allongement des sons et des blocages sur certains mots.

Soit! Pour l’interlocuteur de la personne qui bégaie, c’est pénible et embarrassant de devoir écouter sans pouvoir aider. C’est aussi très agaçant pour un bègue de ne pas pouvoir dire, parler, sortir à temps des idées qui se forment et se bousculent dans sa tête. Pour ces deux parties, bègue et non-bègue, communiquer ne doit pas être de tout repos. Ce n’est pas toujours agréable mais l’atmosphère peut toujours être détendue car le bégaiement lorsqu’il est vite pris en compte et en charge par l’orthophoniste ou tout autre médecin qualifié en la matière, est gérable. Pour ceux qui ont dû prendre par là, ils parlent maintenant et on y voit que du feu!

Après toutes sortes d’exercices de respiration, d’articulation, de lecture, d’élocution, de prise de parole, etc…avec le médecin spécialiste, il est également conseillé de faire du théâtre de chanter, de lire à voix haute, etc…Proposition logique puisque de mémoire, on n’a jamais vu et entendu une personne bègue, bégayer pendant qu’elle chantait. C’est curieux n’est-ce pas?!

Bien que pour les scientifiques et autres leurs méthodes naturelles ne soient pas fiables à 100%, nos mamans dignes héritières de nos grands-mères astucieuses, en guise de recettes ou de remèdes se rabattent donc sur plusieurs possibilités qu’elles jugent efficaces pour combattre définitivement le bégaiement.

Entre autres, le fait de faire boire de l’eau dans la coquille de l’escargot, de poser un petit caillou sous la langue du bègue ou encore de faire bouillir en quelque sorte de l’eau dans la marmite qui vient d’être vidée de la pâte préparée et qui comporte encore des résidus (Wokoudja en fon) afin d’en donner à celui qui souffre de bégaiement jusqu’à obtention de satisfaction. Sinon, il y a aussi cette autre méthode qui consiste à mâcher un morceau de cannelle avant le coucher du soleil.

Personne ne pourrait et ne saurait imaginer ce que ressent exactement le bègue face à ce handicap saoulant ou bien même se mettre à sa place ne serait-ce qu’une minute. C’est pourquoi il s’agit d’un mal à prendre au sérieux et qu’en plus de la journée internationale de sensibilisation au bégaiement le 22 octobre de chaque année, il faille réagir et agir vite au moindre petit symptôme de bégaiement dès l’âge de 02 (deux) ans.

Crédit image: Internet.

Anita MARCOS.

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

Groupe de presse Togonyigba (support papier et en ligne) Lomé-Amadanhomé Togo / Contact Rédaction : (00228) 99460630/93921010 / N° Récépissé : 0425/24/03/11/HAAC / Courriel : togonyigba@gmail.com / Directeur Général : José-Éric Kodjo GAGLI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
1
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité