Site icon Togonyigba

[Chronique] LA MALÉDICTION PARENTALE : LORSQU’UNE MÈRE PROFÈRE DES PHRASES PRESQUE IRRÉCUPÉRABLES

Quand on connaît assez bien nos mamans africaines, s’amuser à les énerver, à tester leur patience, à les éprouver en faisant des bêtises, sont de très mauvaises idées. Lorsqu’une maman folle de rage en arrive à parler à haute voix voire « crier fort », elle est à craindre parce que maudire l’enfant qui est en cause, n’est jamais loin et ce n’est un secret pour personne que à cette extrême, le mal est fait.

En effet, en Afrique, la parole est sacrée. Raison pour laquelle savoir se maîtriser puis contrôler ses émotions et surtout ses mots en plein épisode de mécontentement explosif importe. Autrement, pourquoi autant redouter les dires ou les souhaits d’une mère qui est en courroux et qui à cet instant T espère, souhaite et affirme parfois de toutes ses forces : « Un jour, tu vivras cette même situation. Tes enfants te feront vivre l’enfer que tu me fais vivre. Tu paieras pour ça »?

Aucun enfant (Grand et petit), ne veut vraiment faire les frais de parents en colère et encore moins, subir la foudre d’une maman qui est extrêmement fâchée. Dans une colère rouge et pratiquement aux abois, les gestes, les mots lancés et tombés par terre, ne peuvent plus être ramassés pour ne pas dire récupérés et rectifiés! En matière de malédiction, c’est pire! Dailleurs, l’on aime à croire qu’une malédiction est irréversible! Heureusement, dans la tradition, dès que l’enfant fait son mea culpa et demande pardon à sa mère, cette dernière peut de bon cœur rectifier le tir (É nan toun sin do ta ni. Littéralement: « Cracher de l’eau sur sa tête »).

Avant cette heureuse possibilité, comment interpréter le fait qu’une femme qui a porté en son sein un enfant durant neuf mois, qui a connu les douleurs de l’enfantement et les joies de la maternité puisse en arriver à lui souhaiter du mal? La colère est-elle une excuse suffisante? L’amour ne devrait-il pas être plus fort que la haine? Enfin, ce sentiment « Haineux » du moment je veux dire!?

Pour le garçon ou la fille devenu(e) homme ou femme, aller bien moralement et physiquement, réussir dans tout ce qu’il ou elle entreprend, vivre sur un nuage, avoir une grande carrière professionnelle, fonder une famille heureuse et admirable, bref, faire comme si de rien n’était et que tout allait bien dans le meilleur des mondes…Alors que dans le passé, sous le coup d’une colère noire, maman l’a maudit lui ou elle et son existence, est-ce vraiment possible?

« La colère est mauvaise conseillère ». La malédiction parentale qui plus est maternelle, n’est jamais de bonne augure car comme la météo qui prévoit vent violent, orages et coups de tonnerre, elle annonce un mauvais présage, un sale temps pour le sujet qui de la bouche de sa propre mère a été maudit.

« Tous aux abris » ai-je envie de crier. Cependant en lieu et place de ce conseil qui prône la fuite en avant, l’évitement, la cachette ou le refuge, un enfant devrait faire plus attention à ne pas mettre sa mère en rogne. Il devrait éviter de déclencher la « 4ème guerre mondiale » (Sourire) en désobéissant ou en provoquant ouvertement sa maman et chercher plutôt à attirer sur lui ses bénédictions.

Une maman quant à elle, ne devrait jamais faire taire l’amour qu’elle nourrit pour ses enfants depuis le début. Dans ce sens, bien qu’étant furieuse contre eux, elle devrait faire un travail sur elle-même, essayer de contenir ses émotions négatives et plus important que tout, s’abstenir d’ouvrir la bouche alors qu’elle est coléreuse car la plupart du temps, après c’est trop tard. Elle ne devrait pas oublier que la colère est passagère tandis que la malédiction proférée par elle peut vite s’éterniser si entre temps, elle ne revient pas à de meilleurs sentiments.

Crédit image: Dreamstime.

Anita MARCOS.

This website uses cookies.

This website uses cookies.

Quitter la version mobile