Afrique

[Gastronomie] « chebu jen » : L’UNESCO désigne le Sénégal comme la véritable patrie

Le "chebu jen" reconnu patrimoine immatériel de l'humanité par l'UNESCO

L’UNESCO a officiellement reconnu le Sénégal comme l’origine du riz Jollof, également connu sous le nom de Ceebu jën au Sénégal, réglant un débat de longue date entre les nations d’Afrique de l’Ouest, le Ghana, le Nigeria et le Sénégal.

Le plat, incontournable de la cuisine ouest-africaine, est composé de riz et de poisson, accompagnés de légumes et parfois de tomates….

La version sénégalaise du riz Jollof, Ceebu jën, qui vient d’être officiellement reconnue par l’UNESCO comme patrimoine immatériel de l’humanité, met fin au débat en cours sur ses origines et consolide la revendication du Sénégal en tant que véritable patrie du riz Jollof.

Les recherches montrent que le riz Jollof est né lors de l’enracinement de la domination coloniale en Afrique de l’Ouest entre 1860 et 1940, lorsque les colonisateurs français ont remplacé les cultures vivrières existantes par du riz brisé importé d’Indochine.

Selon les recherches de The Conversation Africa, les origines du riz Jollof remontent à l’enracinement de la domination coloniale en Afrique de l’Ouest entre 1860 et 1940. Au cours de cette période, les colonisateurs français ont remplacé les cultures vivrières par des brisures de riz importées d’Indochine.

Au fil du temps, les brisures de riz sont devenues plus prisées par les Sénégalais que les grains de riz complets et le plat connu sous le nom de Ceebu jën est né.

Le plat est devenu une source de fierté et d’identité culturelle pour les Sénégalais et a été reconnu comme patrimoine immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Cette certification devrait avoir un impact positif sur l’économie, notamment dans le tourisme, l’agriculture, la pêche et la restauration.

Outre son importance culturelle, le riz Jollof est également étroitement lié à un mode de vie particulier et la consommation du plat est fortement liée aux événements cérémoniels et à l’esthétique de la présentation et du service.

Les femmes de Saint Louis, ville portuaire du nord du Sénégal, sont reconnues pour leur remarquable savoir-faire en la matière et sont à l’origine de la finesse et de l’élégance du plat.

Céline N.

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

Groupe de presse Togonyigba (support papier et en ligne) Lomé-Amadanhomé Togo / Contact Rédaction : (00228) 99460630/93921010 / N° Récépissé : 0425/24/03/11/HAAC / Courriel : togonyigba@gmail.com / Directeur Général : José-Éric Kodjo GAGLI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
1
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité