Site icon Togonyigba

ChatGPT / Bard : L’Intelligence Artificielle, nouveau champ de bataille des géants internet

Qui le premier combinera intelligence artificielle (IA) et recherche sur internet ?

Si Microsoft avait pris une longueur d’avance en misant des milliards sur ChatGPT, son rival Google vient de riposter en lançant lundi Bard, sa propre IA pour l’intégrer à son moteur Google Search.

La génération par une IA de textes ou d’images peut en effet révolutionner la recherche sur internet, avec des réponses en langage naturel et non plus une liste de documents, avec à la clé des revenus publicitaires accrus.

L’IA peut aussi doper les autres aspects d’un moteur, comme la cartographie, les outils de réunion, les techniques de prévision ou l’analyse d’images.

Tout s’accélère dans ce nouveau champ de bataille de l’information. En novembre, la start-up californienne OpenAI, épaulée notamment par Microsoft, lance son robot conversationnel ChatGPT, capable de répondre à n’importe quelle question – plus ou moins justement. Proposé gratuitement au public, son succès est phénoménal: 100 millions d’utilisateurs en deux mois.

Fin janvier, Microsoft annonce vouloir investir «plusieurs milliards de dollars» dans OpenAI. Selon la presse américaine, le groupe y a déjà investi 3 milliards et pourrait y injecter 10 milliards de plus.

D’où sa rapidité à déployer cette technologie dans ses produits: Microsoft a lancé ce lundi une version, plus chère, de son logiciel de communication Teams, avec des fonctionnalités de ChatGPT, par exemple pour générer des résumés de réunion. Et a annoncé il y a deux semaines vouloir «ajouter une couche d’intelligence» de ChatGPT à tous ses autres produits, dont son moteur de recherche Bing, jusqu’ici écrasé par Google.

Il n’aura pas fallu un mois à Google pour riposter.

«Bard a pour ambition de combiner l’étendue des connaissances du monde avec la puissance, l’intelligence et la créativité de nos grands modèles de langage. Il s’appuie sur les informations du Web pour fournir des réponses actualisées et de haute qualité», a affirmé Google lundi.

S’il a accéléré, c’est qu’avec l’IA, Microsoft risquait, pour la première fois depuis 10 ans, de reprendre la main dans la recherche sur internet, domaine lucratif où Google occupe plus de 90% du marché.

Ce dernier, voyant le succès de ChatGPT, a selon la presse américaine, aussitôt allumé un «code rouge», conscient que ce type de robot à questions-réponses pouvait tuer la recherche telle qu’on la connaît depuis vingt ans.

TVA

This website uses cookies.

This website uses cookies.

Quitter la version mobile