Afrique

Cédéao-Niger | Le bloc sous régional à ordonné le déploiement « immédiat » de sa « force en attente ». Alassane Ouatarra prêt à user de la force armée contre le CNSP à Niamey

Les dirigeants ouest-africains sous la CEDEAO ont activé jeudi 10 août la force militaire en attente contre les militaires du Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP) qui ont pris le pouvoir après en République du Niger après une deuxième réunion d’urgence tenue à Abuja (Nigeria).

La Cédéao a ordonné le déploiement « immédiat » de sa « force en attente » pour restaurer l’ordre constitutionnel au Niger, au terme d’un sommet extraordinaire organisé à Abuja .

L’organisation avait déjà présenté un ultimatum aux militaires au pouvoir, le 30 juillet, qui avait expiré lundi sans conséquence. La Cédéao souligne toutefois « son engagement en faveur de la restauration de l’ordre constitutionnel par des moyens pacifiques« , a déclaré Omar Touray, président de la Commission de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest.

Les déclarations de l’exécutif ivoirien témoignent d’une détermination à user de la force armée contre les putschistes à Niamey.

La Côte d’Ivoire s’avère être, avec le Nigeria, le pays le plus allant pour une opération militaire contre les putschistes au Niger.

Google 1

Le président ivoirien, Alassane Ouatarra, est le seul chef d’Etat à avoir estimé, jeudi soir, qu’elle devait avoir lieu « dans les plus brefs délais », alors que d’autres insistaient sur la nécessité de donner une ultime chance au dialogue avec la junte ayant renversé le 26 juillet le président élu.

S’exprimant sur le développement, le président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, a soutenu que le coup d’État était problème critique, mais la « décision » prise par la force militaire n’est pas une affaire nigériane.

« Je voudrais dire que la CEDEAO ne peut pas accepter cela. Il ne s’agit pas du Nigeria contre le Niger, pas du tout. La décision que nous avons prise aujourd’hui et j’espère qu’elle sera appliquée immédiatement est une décision de la CEDEAO, tous les chefs d’Etat pensent que nous avons tenté le dialogue avec les putschistes. Nous avons envoyé une délégation, de hautes personnalités comme l’ancien président Abdulsalami Abubakar, le sultan de Sokoto, l’émir de Kano, l’ancien gouverneur de CBN Sanusi mon ami et de nombreuses autres personnalités de cet important pays, pour parler au peuple nigérien. Mais ils gardent le président Bazoum en otage. Personnellement, je considère cela comme un acte terroriste. Et nous ne pouvons pas laisser cela continuer. Nous devons agir. La position de la Côte d’Ivoire qui a été endossée par tous les chefs d’Etat est que nous avons pu dire à ces putschistes que leur place était à la caserne. Ils devraient aller combattre les terroristes et non essayer de kidnapper un président démocratiquement élu. »

« Comme vous pouvez le voir, je dois partir maintenant. Mais c’est la position que la plupart des chefs d’État qui sont intervenus ont endossée. Je veux donc dire que je veux insister sur le fait que ce n’est pas une affaire nigériane. C’est une affaire de la CEDEAO, et vous savez que le Niger fait partie de l’union monétaire de l’Afrique de l’Ouest, dont je suis le président et cela concerne la Côte d’Ivoire à ce titre » a-t-il déclaré.

Quatre pays ont déclaré qu’ils y participeraient : le Nigeria, le Sénégal, le Bénin et, donc, la Côte d’Ivoire.

Abidjan est prêt à mobiliser 850 à 1.100 hommes, soit un bataillon.

Abidjan est donc prêt à assumer un éventuel enlisement afin de rétablir l’ordre constitutionnel dans un pays dont il n’est même pas limitrophe. Mais laisser se multiplier les coups d’Etat dans la région, celui à Niamey étant le cinquième en trois ans, est inacceptable pour une Côte d’Ivoire très sensible aux questions de stabilité et de respect du verdict des urnes.

Elle a été déchirée par une guerre civile sur la question de « l’ivoirité » de 2002 à 2007. Et son président actuel, Alassane Ouattara, doit son siège à une petite opération militaire extérieure, de l’ONU et de la France qui a délogé le 11 mai 2011 le président Gbagbo prétendant, frauduleusement, avoir remporté le scrutin présidentiel six mois auparavant. Une crise qui avait fait 3.000 morts.

Pendant ce temps, le président sénégalais Macky Sall a révélé qu’il soutenait la décision de la CEDEAO et tous les efforts pour faire revenir la paix au Niger.

« Si nous avions fait des erreurs dans le passé, nous devrions essayer de les corriger maintenant.
Il y a toujours un moment pour commencer. Je pense que c’était une erreur de ne pas avoir agi auparavant, mais maintenant que nous sommes ensemble sur cette question, nous devons agir pour nous assurer que cela ne continue pas » à t-il déclaré sans toutefois insister sur une intervention militaire.

Dans un discours d’ouverture aux chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le président nigérian Bola Tinubu a déclaré que le bloc évaluerait des solutions à la situation car le coup d’État « constitue une menace… pour l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest ». région ».

« Il est de notre devoir d’épuiser toutes les voies d’engagement pour assurer un retour rapide à la gouvernance constitutionnelle au Niger », a déclaré Tinubu, également chef de la CEDEAO, lors du sommet d’Abuja avant le début d’une session à huis clos.

Depuis le renversement de la direction démocratique le 26 juillet, les putschistes ont refusé d’abandonner le pouvoir et de libérer le président détenu Mohamed Bazoum, ignorant la date limite du 6 août fixée par la CEDEAO pour réintégrer Bazoum.

La réunion a lieu quelques heures après que les putschistes du Niger ont nommé un nouveau gouvernement. Mahamane Roufai Laouali, cité comme « secrétaire général du gouvernement », a nommé 21 ministres à la télévision d’Etat dans la nuit sans préciser d’autres plans du gouvernement.

On ne sait pas s’il y avait des représentants du Burkina Faso, de la Guinée et du Niger, dont les chefs d’État militaires se sont rangés du côté du Niger, lors du sommet. Cependant, les présidents de la Mauritanie – un membre fondateur de la CEDEAO qui s’est retiré du bloc en décembre 2000 – et du Burundi étaient présents.

La France a exprimé jeudi soir un soutien total à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui a validé l’option militaire pour mettre fin au coup d’État au Niger tout en ménageant une ultime chance d’issue pacifique à la crise.

Paris soutient « l’ensemble des conclusions adoptées à l’occasion du sommet extraordinaire » de la CEDEAO à Abuja, y compris la décision d’activer le déploiement d’une « force en attente », a signifié le ministère français des Affaires étrangères.

Au même moment, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, déclarait que son pays soutenait « le leadership et le travail » qu’exerce l’organisation régionale pour permettre le retour à l’ordre constitutionnel au Niger, sans toutefois approuver explicitement la décision de déployer sa force.

Pour l’heure, la CEDEAO espère encore une solution diplomatique, mais son message, relayé par le président ivoirien, Alassane Ouattara, aux militaires qui ont pris le pouvoir à Niamey est très clair : la menace d’intervention est plus que sérieuse et l’opération peut « démarrer dans les plus brefs délais ».

TOGONYIGBA

TOGONYIGBA:Société de médias et d'actualités, Lomé-Amadanhomé (Togo) | RCCM:TG-LOM 2018 A 5677 | N° Récépissé:0425/24/03/11/HAAC | Banque:Orabank / Numéro de Compte:06101-65386500501-49 (agence kpalimé) | Courriel:togonyigba@gmail.com | Boîte postale:23BP90053539 Lomé Apédokoè | Tel:(00228) 99460630/93921010 | Directeur Général:José-Éric Kodjo GAGLI (LeDivin)

Articles similaires

19 commentaires

  1. Howdy! I know this is kinda off topic however , I’d figured I’d ask.

    Would you be interested in trading links or maybe guest authoring a blog
    article or vice-versa? My site addresses a lot of the
    same subjects as yours and I believe we could greatly benefit from each other.

    If you are interested feel free to shoot me an email. I look forward to
    hearing from you! Great blog by the way!

Bouton retour en haut de la page
wpChatIcon

En savoir plus sur Togonyigba

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité