Santé

Cancer de la gorge | Cunnilingus, fellation : Le sexe oral serait pire que le tabagisme

Le sexe oral n’est pas plus safe ! Si certaines infections sexuellement transmissibles à l’instar du VIH se transmettent majoritairement lors de rapports sexuels avec pénétration (non protégés), d’autres se faufilent par voie orale. Fellation, cunnilingus… le sexe oral a ses nombreux adeptes depuis des siècles. Cet article établit un lien entre cette pratique sexuelle et le cancer de la gorge. En cause, une infection au papillomavirus humain (HPV) pendant ce rapport.

Ces vingt dernières années, la hausse a été si rapide qu’elle «est qualifiée par certains d’épidémie».

Alors que l’American Cancer Society a cité le tabagisme comme facteur de risque n°1 du cancer de la gorge, un médecin a remis en cause cette affirmation, pointant du doigt le sexe oral. Cunnilingus, fellation : les parties de jambes en l’air risquent de ne plus avoir la même saveur à la lecture de cette information. Selon une jeune médecin, le Dr Sadovskaya, dont les propos ont été relayés par le New York Post, le sexe oral serait un facteur de risque plus important que le tabagisme dans le développement du cancer de la gorge aussi connu sous le nom de cancer de l’oropharynx.

Concrètement, le sexe oral peut entraîner une infection au HPV (Human Papillomavirus) au fond de la gorge ou près de l’amygdale. Ces infections disparaissent d’elles-mêmes dans la plupart des cas mais peuvent parfois persister et provoquer un cancer de la gorge. Comme elle l’a rappelé dans une vidéo publiée sur TikTok, “les hommes sont plus susceptibles de développer un cancer de la gorge lors de relations sexuelles orales avec des femmes, car les femmes sont plus susceptibles de porter le virus dans leur région génitale”.

Faites régulièrement des dépistages

Google 1

Les personnes atteintes d’un cancer de la gorge peuvent observer une mauvaise haleine chronique, des douleurs persistantes dans la gorge, le cou ou les oreilles et avoir des difficultés à avaler. Certaines personnes peuvent également présenter des difficultés respiratoires, une toux persistante et observer du sang dans leur salive, des changements de voix ou une boule dans le cou.

Pour éviter les risques, le Dr Sadovskaya a donc recommandé de se faire vacciner contre le HPV et d’effectuer régulièrement des dépistages et des examens afin de détecter et de traiter précocement les infections ou les anomalies. Pour rappel, l’infection par un papillomavirus est fréquente puisque 80% des femmes et des hommes y seront exposés au cours de leur vie. L’acteur Michael Douglas, par exemple, a déclaré au Guardian en 2013 que le sexe oral était à l’origine de son cancer de la gorge.

Selon les conclusions de plusieurs chercheurs, publiées en 2021, les personnes ayant eu 10 partenaires sexuels oraux ou plus au cours de leur vie étaient plus de quatre fois plus susceptibles de développer des cancers de la bouche et de la gorge liés au HPV.

Parmi les IST les plus courantes transmises par le sexe oral, on retrouve les HPV mais aussi la chlamydia, la gonorrhée, l’herpès génital (…)

(…) Cliquez ici pour voir la suite

OBJECTIF one

TOGONYIGBA

TOGONYIGBA:Société de médias et d'actualités, Lomé-Amadanhomé (Togo) | RCCM:TG-LOM 2018 A 5677 | N° Récépissé:0425/24/03/11/HAAC | Banque:Orabank / Numéro de Compte:06101-65386500501-49 (agence kpalimé) | Courriel:togonyigba@gmail.com | Boîte postale:23BP90053539 Lomé Apédokoè | Tel:(00228) 99460630/93921010 | Directeur Général:José-Éric Kodjo GAGLI (LeDivin)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
wpChatIcon

Discover more from Togonyigba

Subscribe now to keep reading and get access to the full archive.

Continue reading

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité