Pub0
Culture et tradition

Bénin : Septime Aza met le Fâ en BD

interview exclusive de Afrik.com réalisée par Dah Tché- 27 juin 2021


Jeune initié et pas des moindres dans l’arène du Vodoun béninois, maniant le Fâ comme Lucky Luck manie ses armes, Septime Aza est le benjamin d’une famille de « Vodounnon » (initiés vaudou), du père à la mère sans oublier ses frères aînés. « Bokonnon » (prêtre Fâ) mais aussi entrepreneur culturel, il est à l’initiative de plusieurs ouvrages dont « Les chroniques du Fâ », une bande dessinée exclusivement dédiée au Fâ et au Vodoun béninois. Rencontre à Cotonou avec l’une des perles rares de la nouvelle génération des initiés du Bénin.

Septime AZA

Afrik.com : Présentez-vous à nos lecteurs ; où avez-vous grandi ? Et comment est né ce lien fort avec le Vodoun ?

Septime AZA : Je me nomme Agossou Septime AZA, je suis né à Cotonou et j’ai grandi à Cadjèhoun précisément à « Azaloko kon ».

Ce lien avec le vodoun est naturel et inhérent à ma vie puisque mon regretté père était « Vodounon » (initié Vaudou), ma mère aussi. Donc je suis né et j’ai grandi dans le Vodoun et le « Fâ ». J’ai passé le primaire, le secondaire, et l’université tout en faisant les travaux de Vodoun et de Fâ.

Aujourd’hui le Fâ et le Vodoun font partie intégrante de ma vie car je suis aujourd’hui « Bokonon » (prêtre Fâ) comme mes frères, et nous continuons d’œuvrer pour la sauvegarde de ce patrimoine inestimable.

Mon père a été journaliste, et après, il est devenu le secrétaire Général de l’Ambassade de la Libye jusqu’à sa retraite. Une fois de retour à la maison après l’ambassade, il enlevait sa veste et s’asseyait pour faire des consultations de Fâ et des travaux de Vodoun pour ses clients. Malgré son rang et sa situation sociale, il nous a appris qu’au-delà de toute apparence, sauver ou porter assistance à quelqu’un sur le plan spirituel est bien plus important que tout.

Tu peux être qui tu veux même étant dans la tradition ancestrale, et c’est ce lien fort qui nous lie depuis toujours au Vodoun et au Fâ.

Vous savez, la tradition africaine en générale et la Béninoise en particulier en plus de sa dimension cultuelle et spirituelle, révèle une dimension éducative basée sur notre tradition ancestrale. La tradition africaine a une manière beaucoup plus subtile de voir et de comprendre la vie. Plus tu es rattaché à ta spiritualité, mieux tu braves et cernes la vie de tout autour de toi. Tu seras toujours là où tu mérites d’être quand il faut !

Afrik.com : Vous êtes fondateur d’une ONG : de quoi s’agit-il et quelle en est la vision ?

Septime AZA : Il s’agit de l’ONG « Fâ et Culture Africaine » (FCA). Sa vision est de mettre la culture au service du développement. La culture étant l’expression matérielle et immatérielle des valeurs d’un peuple, nous sommes sans doute persuadés qu’elle doit être en amont et en aval de notre éducation sociale. Par conséquent, cette éducation doit être basée sur nos valeurs et nos réalités traditionnelles, culturelles et cultuelles.

Notre désir premier est tout d’abord de créer des œuvres beaucoup plus accessibles et mieux explicatives de notre patrimoine culturelle, cultuelle et spirituelle. Créer des idées allant dans le sens de la valorisation et de la promotion de notre culture.

Notre organisation vise à créer des conditions pouvant offrir des réponses claires et précises aux questionnements de plus d’un en matière de Vodoun, de Fâ et de la tradition béninoise.

Afrik.com : Vous êtes également auteur. D’ailleurs, nous avons eu vent que vous travaillez sur une bande dessinée dédiée exclusivement au Fâ : « Les chroniques du Fâ »… Pouvez-vous nous en dire davantage ? A quelle étape en êtes-vous présentement ?

Septime AZA : Oui je suis également auteur. Déjà, cela a commencé avec les textes que j’écris sur les réseaux sociaux à travers la page officielle de mon organisation « Fâ et Vodoun » pour mettre la lumière sur certains aspects de notre culture. J’ai pu m’apercevoir au bout d’un temps, qu’on ne pouvait pas montrer explicitement certaines réalités de notre culture à travers les réseaux sociaux. Du coup, après avoir participé à la sortie du livre sur le Fâ Intitulé « Introduction à la Kabbale du Fâ », très prisé sur AMAZON et dans les librairies par les amateurs de cette science divinatoire, j’ai décidé de lancer à mon tour, une série de bandes dessinées dédiée entièrement au Fâ en partant des histoires issues des légendes du Fâ : « LES CHRONIQUES DU FÂ ».

Étant une partie intégrante du programme culturel de l’ONG « Fâ et Culture Africaine », nos bandes dessinées ont pour but d’emmener leur lecteur à comprendre la sagesse et les différentes leçons cachées dans les histoires et légendes de cette science divinatoire qu’est le Fâ. Ces bandes dessinées sont une toute autre approche de la valorisation de cette science divinatoire. Le premier numéro est d’ailleurs déjà prêt et disponible partout.

Afrik.com : S’il est prêt alors où peut-on s’en procurer ?

Septime AZA : « Les chroniques du Fâ » ont été lancées depuis le 22 juin 2021. Ils sont déjà disponibles en ligne sur Amazon. Au Bénin, précisément à Cotonou, notre BD est disponible à ‘’Maro Militaire‘’ carrefour ‘’maman Bénin’’ dans notre boutique ; mais aussi à la librairie ‘’Le Phœnix’’ sise à Ganhi, à l’institut ‘’IAMOCE’’ à Godomey et dans les librairies ésotériques.

Elle est à la portée de toutes les bourses et fait voyager à travers l’immense sagesse du Fâ pour une compréhension assez aisée des légendes issues de ses 256 signes.

Se procurer « Les chroniques du Fâ », c’est également connaître l’histoire Dahoméenne du Fâ, ainsi que les signes de Fâ des principaux rois qui ont siégé sur le trône de fer du Dahomey. En bonus, nous avons pris soin de donner des détails croustillants sur ce que c’est que le « Fâ », ses tenants et aboutissants. Bonne lecture donc !

Afrik.com : A quel public s’adresse en priorité « Les chroniques du Fâ » ?

Septime AZA : « Les chroniques du Fâ » s’adressent à tout le monde. Les histoires qu’elles contiennent permettent de développer le sens d’intuition et la recherche de vérité. Cela explique de manière subtile les réalités de la vie, d’autant plus que les moralités qu’elles expriment ont pour but d’emmener les lecteurs en général et les initiés au Fâ en particulier, à appréhender les leçons et les sagesses de la vie.

Cela aidera nos enfants à beaucoup plus s’intéresser à leurs réalités culturelles, cultuelles et traditionnelles. Aux étrangers, notre œuvre permet de découvrir la riche culture qu’est la nôtre tout en se divertissant.

Afrik.com : A quoi doit-on s’attendre pour la suite ?

Septime AZA : Pour la suite, mon équipe et moi souhaiterions bien lancer à chaque trimestre des bandes dessinées sur le Fâ et sur la culture béninoise en général. Notre ONG pilote également des projets culturels dont vos lecteurs ne tarderont pas à avoir des nouvelles.

Afrik.com : Pour l’avenir, quel objectif vous fixez-vous ?

Septime AZA : Pour l’avenir je me suis fixé plusieurs objectifs tant personnels qu’avec mon organisation « Fâ et Culture Africaine ». Dans un premier temps, accompagner l’exécution du programme d’action culturel de l’organisation divisé en plusieurs projets visant à promouvoir et à exporter notre culture au-delà de nos frontières. Ensuite mettre des stratégies ciblées sur le plan numérique en place pour redorer le blason du Vodoun, du Fa et de la tradition béninoise.

Afrik.com : Un petit mot de fin

Septime AZA : Nous avons une grande vision pour la promotion et la valorisation de notre patrimoine culturel. Et nous sommes persuadés qu’avec la contribution de tout un chacun, nous irons encore loin pour faire découvrir la culture aux milles couleurs au monde entier.

A chacun son exemplaire des Chroniques du Fâ !

Publicité page 2

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité page 3
Bouton retour en haut de la page
Discutez donc
Salut! Besoin
Togonyigba
desirez